• Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Le même matin, un peu plus tard, dans un petit village près de Padoue, en Italie

    - …. Oui, ne t’inquiètes pas, je fais le nécessaire. J’arrive demain dans l’après-midi pour déclarer l’enfant…. Oui, j’ai tout noté… Oui… A demain…. Ciao, Bella.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Aurèle Lothario éteignit la communication et resta un instant songeur. Puis, un petit sourire en coin vint apparaître sur ses lèvres suivit d’un petit ricanement. 

    - Yes ! … Mon plan a finalement marché. Je suis le meilleur !

    - … Qu’est-ce qu’il se passe, Aurèle ? Pourquoi es-tu le meilleur ? 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Aurèle sursauta et se retourna vivement, le rouge au front. Ce n’était que son père, Ernesto Lothario, qui venait d’entrer dans le salon.  C’était un homme de la soixantaine passée, la peau tannée par le soleil mais qui restait encore bien vigoureux pour son âge. Il regarda son fils, ce grand garçon dégingandé à la tignasse d’un noir de jais et aux yeux verts comme les siens, avec un haussement de sourcils interrogateurs. 

     - Ho !... heu... J'ai une nouvelle à t'annoncer ! Tiens toi bien.... tu es papi !!!

    Ernesto ouvrit grand les yeux et crut avoir mal entendu. Mais non, son fils avait l'air d'être bien sérieux sur ce qu'il venait de dire.

    - Comment cela ? Avec qui ? 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Tu te rappelles de Lucrèce Steiner ? 

    - Steiner ? .... La petite étudiante qui est venue l'été dernier chez nous ? Une enfant du Convent de Lenzasen ? .... 

    - Oui, c'est ça. Elle vient d'accoucher.... d'un petit garçon. 

    - Ho ! ... De toi ?

    Aurèle leva les yeux au ciel. 

    - Oui, papa. De moi. Nous avons...euh... quelque peu fricoter ensemble... et.. elle est tombée enceinte.... Elle ne me l’a pas dit, parce qu'elle ne savait pas comment me l'annoncer... Mais quand il est né, elle a pensé que c'était plus correct à mon égard..... Me voilà papa, dis donc. Et toi, de facto, papi.

    - Hmm, quelle nouvelle. Tu me permets que je m’assoies ? Les émotions à mon âge... Bon, et sinon, que comptes-tu faire ? 

    - Je dois partir très tôt demain matin à l'aéroport pour arriver en Alsace. J'irais ensuite déclarer l'enfant à mon nom. Lucrèce a tenu à ce qu'il prenne notre nom de famille.... Au fait, pour le prénom, j'ai proposé Don.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Don ? Notre célèbre ancêtre ? Très bon choix... Et en même temps, quelle responsabilité pour de si petites épaules.. Bon, le déclarer c'est une chose. Mais ensuite que comptes-tu faire ? 

    - Eh bien… Je vais sûrement vivre avec Lucrèce, non ? Après tout, c’est mon enfant aussi.

    Ernesto ferma un instant les yeux, accablé. Il se pinça l’arête du nez et regarda le portrait de sa femme qui trônait sur le mur du salon. Qu’avaient-ils raté dans l’éducation de leur fils ? Il prit une inspiration et regarda son fils droit dans les yeux.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Qu’as-tu fait, Aurèle ? 

    - Pardon papa ?

    - Cette histoire est tout sauf anodine. Qu’as-tu donc fait ?

    - Je… Voyons, papa. Mais qu’est-ce que tu vas chercher ?

    - Aurèle !!!

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Le jeune homme se mordit la lèvre et regarda un instant ses pieds puis reporta ses yeux sur son père, la voix un peu hésitante.

    - J’ai… hum… J’ai pris une potion de fertilité qui restait dans l’armoire de maman et je l’ai versé dans le verre de Lucrèce. Et… heu… Je ne me suis pas protégé… 

    La colère envahit brusquement Ernesto. Il serra les poings pour éviter de frapper violemment son fils. Il inspira profondément, essayant de prendre un peu de recul sur les émotions qui l’envahissaient. De toute façon, que pouvait-il y faire ? Le mal était fait. Il eut un air désabusé en regardant son fils. 

    - Mais pourquoi as-tu donc fait cela ? Jouer ainsi avec la vie d'une personne, ce n'est pas très moral, mon fils.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - C'était pour la bonne cause, papa. Pour avoir une chance de partir d'ici.

    - Comment cela partir d'ici ? Tu n'es pas bien ici ?

    - Bien sûr que non. Et tu le sais très bien, mais tu refuses de le voir... Notre ancienne influence n'est plus et le nom des Lothario ne fait plus frémir personne. Le Convent de Padoue n'est plus que l'ombre de lui-même. Et que dire des attaques et des persécutions que nous subissons ?

    - Allons, Aurèle. Tu noircis un peu le tableau quand même.

    - Noircir le tableau ? Papa cela fait la troisième fois que notre verger est saccagé. Trois fois !!!

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Aurèle avait élevé malgré lui la voix, alors qu'il ne le souhaitait pas. Mais voir que son père avait des œillères le mettait toujours hors de lui.

    - Mais qu'est-ce qu'il te faut de plus, papa ? Qu'ils s'en prennent à nous ? Ne te souviens-tu pas de ce qu'a dit Benito Marshelli ? On les traite de sorciers dans le village et plus aucun commerce ne veut les servir. Ils ont même été obligés d'envoyer leur fille à la ville voisine pour poursuivre sa scolarité.  Tu le vois bien que cela devient de plus en plus difficile ici pour les Enfants de Gaïa, malgré tous les dons que nous avons... 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Ernesto ferma les yeux très forts un moment puis les rouvrit. Il savait bien que son fils n'avait pas tort. Leur vie ici, dans ce village, devenait de  plus en plus compliquée. Il semblait que la chasse aux sorcières n'était pas finie, même au 20eme siècle. Il n’avait rien voulu voir et pourtant les méfaits se poursuivaient, de plus en plus durs. Ernesto regarda la pièce où ils se tenaient avec un œil neuf et avec lucidité : c’était une vieille maison qui se délabrait. Où était donc la superbe demeure de son enfance ? Partie. Partie avec leurs rêves de gloire et de puissance. 

    Il allait reprendre la parole quand un cognement à la porte d’entrée se fit entendre. Aurèle alla ouvrir et fit entrer un vieil homme rondouillard et à la mise un peu négligée. Vésuvio Taravelli, leur Grand-Maître.  Celui-ci eut un petit sourire envers Aurèle et lui tapa amicalement l’épaule, puis il alla vers Ernesto et l’enlaça.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Il alla ensuite s’asseoir sur le canapé, un peu rouge et essoufflé. Il est vrai que la maison des Lothario était installée sur une colline avec un chemin escarpé. Mais il était vrai également que Vésuvio se faisait vieux et que ses kilos en trop n’arrangeaient pas les choses. Par contre, le regard qu’il lança à Ernesto était tout sauf usé. 

    - Que me vaut ta visite, Vésuvio ? Tu veux préparer un prochain Convent ? 

    - Ho non, je ne viens pas pour ça. … Enfin, si un peu… J’en reparlerai après. En fait, je venais vous dire, tout d'abord, que la famille Marshelli est partie cette nuit. Ils m’ont laissé un mot à ma porte.

    Ernesto et Aurèle accusèrent le coup. La famille Marshelli partie, cela voulait dire qu’il ne restait plus que lui, son fils Aurèle et Vésuvio. Trois personnes pour le Convent de Padoue. Autant dire qu’il ne mettrait pas longtemps à disparaître. Et vu la tête que faisait Vésuvio, il en savait très bien les conséquences. Ce fut Aurèle, le plus jeune membre, qui s’insurgea le premier, malgré ce qu’il venait de dire à son père quelques minutes auparavant.

    - Mais pourquoi ? Ils nous auraient pu nous demander de l’aide. 

    Vésuvio eut un petit rire sans joie mais il était tout sauf joyeux quand il répondit au jeune homme.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Ha, Aurèle, j’aime beaucoup la fougue de ta jeunesse. Mais hélas, nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour les aider. De plus, le coup de grâce pour Benito a été l’agression de sa femme au village hier matin, alors qu'elle était enceinte. Il m'a annoncé cela hier soir. C'était la goutte de trop pour lui. Je les comprends. Ils vont essayer de s'intégrer au Convent de Syracuse car ils y ont de la famille. Ce n'est pas le Convent le plus facile  mais je pense qu'ils auront un avenir plus gratifiant là-bas plutôt qu'ici. 

    Les trois hommes restèrent silencieux sur cet état de fait. Ernesto regarda Vésuvio et il vit que celui-ci s'humectait les lèvres, signe qu'il y avait encore quelque chose. Et apparemment, pas des plus agréables. Le Grand-Maître lâcha sa bombe.

    - Le départ des Marshelli n'est pas le pire... Les champs telluriques en dessous de notre village ne circulent plus. 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Aurèle et Ernesto suffoquèrent à cette nouvelle. Plus de champs telluriques cela voulait donc dire que leurs dons seraient bien plus difficiles à utiliser et qu'ils n'auraient plus aucun lien avec la terre. Cela voulait également dire la fin de leur communauté. 

    - Oui, vous avez bien compris mes amis. Notre Convent est ancien et riche d'histoire mais toute chose a une fin comme Gaïa nous l'a appris. Dans un autre temps et avec un nombre plus important d'Enfants, nous aurions pu essayer de refaire circuler les courants telluriques. Mais là, maintenant, ce n'est même plus la peine d'essayer.... Mais tout n'est pas perdu pour vous deux... Je viens de recevoir un appel de Macha Goetz, la Grande-Maître du Convent de Lenzasen.... Tiens, cela vous dit quelque chose ? 

    Aurèle avait en effet tiqué au nom de Lenzasen et Ernesto avait jeté un regard à son fils. Vésuvio eut un petit sourire moqueur et se tourna vers Aurèle. 

    - hmmm, en tout cas, Aurèle, mon garçon, on peut dire que tu es généreux : apparemment tu aurais un enfant qui vient de naître là-bas.  Tu n'as donc pas perdu de temps avec cette demoiselle cet été ! 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Le jeune homme eut la bonne grâce de rougir sous le regard acéré et moqueur de Vésuvio. Aurèle commençait à comprendre les implications de ce qu'il avait fait sur un coup de tête. Tout ce qui faisait son univers était sur le point de s'effondrer. Par contre, son père, lui, n'était pas vraiment ravi de la tournure qui s'annonçait et le fit savoir à Vésuvio.

    - D'accord. Aurèle doit partir car il a, évidemment, une responsabilité à assumer.. 

    Il appuya bien sur le mot "responsabilité" tout en regardant son fils avec sévérité.

    -... Mais moi, je n'ai pas besoin d'aller à Lenzasen. Je peux rester ici. 

    - Non, Ernesto. Tu dois partir également. Moi, je vais rester pour sceller le Convent et faire disparaître les derniers vestiges de nos pouvoirs. Le Convent de Padoue n'existe plus. 

    Ernesto accusa le coup. Pour lui, le Convent de Padoue, c'était toute sa vie. Il avait vécu ici, il avait trouvé l'amour - il jeta un bref regard au tableau. Maria… - et c'est également ici qu'il avait eu son fils. Et chose tout aussi importante, ses aïeuls, ses racines reposaient à cet endroit. Il pensait également que lorsque cela serait son tour, il reposerait également dans cette terre. 

    Il supplia encore Vésuvio.

    - Enfin, Vésuvio. Je n'ai rien à faire là-bas. Je n'y connais personne et puis tu auras toujours besoin de quelqu'un.

    - Non, Ernesto. Ma décision est prise. Vous partirez tous les deux.

    - Mais...

    - C'est un ordre de ton Grand-Maître. 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Le ton péremptoire de Vésuvio l’arrêta net dans sa plaidoirie. On était donc arrivé là. A donner des ordres. Le Grand-Maître eut une moue chagrine.

    - Je suis désolé, Ernesto, de te parler ainsi. Mais je n’ai pas le choix. Je préfère, mon ami, que tu sois en sécurité à Lenzasen. Ici, il n’y a plus d’avenir, malgré notre Convent chargé d’histoire. 

    - Mais et toi ? Tu ne veux pas venir toi aussi à Lenzasen ?

    - Non. Il ne peut pas y avoir 2 grands-maîtres dans un Convent. Et puis, côtoyer Macha Goetz, merci bien, mais non. Cela m’a suffit d’une fois. Il vaut mieux que cela soit toi que moi. 

    - … Eh bien. On dirait que tu parles plus d’un dragon que d’une femme, là… Enfin, nous verrons bien puisque tu ne nous laisse pas le choix… Et que vas devenir ma maison du coup ?

    Vésuvio tordit la bouche et Ernesto sut que la réponse n’allait pas lui plaire. Pourtant, le Grand-Maître savait combien la demeure lui était chère, même si elle ne payait plus de mine et aurait grand besoin d’être rénovée. Son grand-père, son père, lui-même et son fils étaient nés ici. 

    - Je suis encore désolé, Ernesto, mais je vais ne rien faire avec cette maison. Enfin, je vais plutôt laisser la nature reprendre ses droits. De toute façon, cela m’étonnerait que qui que se soit veuille la reprendre, vu comment nous sommes pestiférés dans le village…. Par contre, je souhaiterai que tu emmènes la Relique avec toi. 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - La Relique ?... Mais… Tu ne peux pas la garder ?

    - Non. Je ne suis pas éternel, Ernesto. Et je ne souhaite pas que cet objet soit abandonné ou se trouve entre de mauvaises mains. Je t’avoue que cela m’embêtes quand même. Cela va donner encore plus de pouvoirs au Convent de Lenzasen. Mais tant pis, c’est ainsi. Je n’ai pas le temps de trouver un autre moyen. 

    - Et à qui dois-je la donner ? La Grande-Maître ?

    - Ah non ! Surtout pas ! Elle est bien assez puissante comme cela. Non, tu la donneras à Viviane Fydren, Je la connais, c’est une personne de confiance et discrète. Je vais l’avertir tout à l’heure…. Ah ! J’aurais aimé que tout cela se passe autrement. Tu sais, cela ne me plait pas plus qu’à toi de vous ordonner de partir. Et je ne pensais pas finir ma vie ici tout seul… Mais le problème, mon ami, ce n’est pas qu’ici que cela arrive… 

    - Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ?

    - Je veux dire qu’il y a d’autres Convents qui ont été scellés.  Celui de Bruges, de Lesbos et même celui de Faro... Les Grands-Maîtres que j'ai eu au téléphone m'ont tous indiqués la même chose : les courants telluriques ont diminué fortement ou se sont arrêtés. 

    - Je ne comprends pas... Les courants se reforment-ils ailleurs ?

    - Je n'en ai pas l'impression. Ils se redirigent plutôt vers les autres Convents et les renforcent.

    -Heu... Excusez-moi de vous interrompre dans votre discussion... Mais c'est quoi cette histoire de relique ?  Qu'est-ce qu'on garde donc à la maison, papa ?

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    Les deux hommes âgés se retournèrent vers Aurèle qui venait de parler. Ernesto voulut lui répondre, mais d'un geste de la main Vésuvio lui fit signe que c'était lui qui s'en chargeait.

    - Rien qui ne t'intéresse encore mon garçon. Je ne veux pas spécialement garder cela secret, mais tu n'as pas besoin de tout savoir actuellement. Laisses-nous donc nous occuper de cela.... Je crois plutôt que tu devrais t'occuper de ton départ pour Lenzasen... Est-ce que je me trompes ?

    Le jeune homme rougit quelque peu mais hocha la tête.

    - Non, Grand-Maître. Vous ne vous trompez pas. Je vais de ce pas préparer mes affaires.

    Le jeune homme sortit de la pièce pour aller dans sa chambre. Vésuvio et Ernesto restèrent un instant silencieux. Ce fut le Grand-Maître qui reprit la parole en premier.

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Tu vas me manquer mon ami. La vie ici sans toi cela ne sera plus pareil.

    -  Il me reste encore un peu de temps pour tout organiser et partir d'ici définitivement... Mais tu sais bien que je peux toujours rester ici... 

    - Non. Tu dois veiller sur ton jeune fou de fils. Il est certes bien aimable mais on ne peut pas dire qu'il soit très responsable. 

    - A qui le dis-tu... 

    Et Ernesto raconta ce qu'Aurèle avait fait... A ces mots, le Grand-Maître devint plus soucieux. 

    - Cette action n'est pas bonne, pas bonne du tout.... Je ne suis pas devin et je n'ai jamais fait de rêve prémonitoire mais je sens quand même des ondes néfastes là-dedans... Un conseil à donner à Aurèle : que la jeune femme ne sache jamais qu'elle a été trompé de façon si intime... 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Je le dirais à Aurèle. Aaah, le pire c'est que même si je suis très fâché par ce qu'il a fait, c'est que cela partait d'un bon sentiment : à savoir nous donner une chance de vivre ailleurs.

    - Oui, je peux le comprendre. Mais l'enfer est souvent pavé de bonnes intentions. Ce qu'il y a, c'est que vous seriez quand même partis d'ici, bébé ou pas bébé... 

    - Tu sais, cela me fait tout bizarre de savoir que je vais devoir partir d'ici. Je n'arrives pas à l'accepter.

    - Je comprends, Ernesto. Et je sais que tu aurais préféré reposer auprès de ta femme.... Mais c'est ainsi. N'oublies pas que nous sommes des Enfants de Gaïa. Nos vies ne nous appartiennent pas toujours.

    - J'ai l'impression de n'avoir servi à rien ici, Enfant de Gaïa ou pas. Ils sont tellement réfractaires et hostiles dans ce village. 

    - Peut-être parce qu'il est temps de mettre nos forces et nos atouts ailleurs. 

    - Hmmm... Dis-moi, tu y crois, toi, à cette histoire de Source ? Moi, j'ai du mal avec cela... Une jeune fille qui viendrait réveiller Gaïa... On croirait voir revenir la légende de Jeanne d'Arc.. 

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    - Je t'avoue que pour ma part, ce n'est pas trop la jeune fille qui me fait peur mais plutôt le réveil de l'Esprit... Qu'avons-nous fait du Pacte qui nous liait ? Et qu'avons-nous fait de la Terre ?... Hm, bon, aller, sur ces paroles très décourageantes, je vais te laisser. Nous nous reparlerons en fin de semaine. Il y a encore plein de choses à voir avant ton départ et j'ai pas mal de choses à te confier également. Je ne peux pas fermer ainsi un Convent de 600 ans.

    - tu me fais peur. J'espère qu'il n'y a pas trop de squelettes dans le placard... Bonne journée, Vésuvio.

    - Bonne journée à toi aussi mon ami.

    La porte se referma sur le Grand-Maître. Ernesto hésita un instant puis frappa à la porte de chambre de son fils. 

    - Aurèle. On doit parler un peu plus de ton comportement...  

    Chapitre 3 : Choisir ses moyens

    « Compétences en familleLa famille Mac Ewett s'agrandit »

  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Avril à 10:29

    Bon, si je mets de côté ma hargne vis à vis du comportement inacceptable d'Aurèle qui s'est joué de Lucrèce (et dont le petit jeu a donné la vie à un petit bonhomme qui n'avait rien demandé à personne... rogntodju, heureusement qu'il est prêt à prendre ses responsabilités, ce papa de carton :gggrrr), je me dis qu'au final, ça arrive à point nommé cette fuite dans un autre couvent.  Les signes sont clairs pour moi, les enfants de Gaïa ne doivent plus vivre éparpillés mais doivent se regrouper dans les couvents "choisis" par les forces telluriques qui se regroupent en certains points (pour une raison qui deviendra évidente, à mon avis plus tard)

     

    Te dire que j'ai adoré ce chapitre, non seulement les illustrations et le sens du détail que tu y mets mais aussi le texte, magnifique, vivant.  Waouh!  J'adore.

     

    Vivement la suite! ♥♥♥

      • Lundi 16 Avril à 10:47

        Le problème de la jeunesse parfois, et Aurèle en particulier, c'est qu'il n'y a pas assez de recul au niveau des effets de certaines actions. Et celle-ci va avoir des répercussions à long terme sur le Convent de Lenzasen... Mais bref, chaque chose en son temps.

        De toute façon, il va bien se rendre compte que sa petite action entraîne de lourdes responsabilités et qu'il faudra bien changer les couches de son fils aussi he (parce qu'il n'y aura pas que Lucrèce qui s'y collera, non mais !).

        Certains éléments que je n'initie doucement dans cette première partie ne trouveront leur finalité que dans la troisième partie. Il va falloir être patient car j'ai vraiment envie de prendre le temps de développer plein de choses dans cette histoire.

        Et merci pour les illustrations. La décoration de la maison des Lothario est de moi. J'en suis assez contente. Je vais sûrement renouveler l'exercice  pour d'autres maisons :)

        Et qu'est-ce que je suis contente que cela te plaise. J'adore tes commentaires, très constructifs et parfois inspirants ^^. ♥♥♥

        Quand à la suite, j'y travaille. J'ai déjà 2 chapitres de pratiquement finis. Il me reste à les mettre en forme et jouer pour les illustrations. Peut-être pas cette semaine, car j'ai aussi envie de rejouer avec le Challenge du Marché.

        A très vite kiss

    2
    Lundi 16 Avril à 12:03

    Que de magouilles! Je suis de l'avis de Vésuvio, si jamais Lucrèce apprend ce qu'a fait le Lothario ça va très mal se passer. J'hésite donc entre éspérer que Lucrèce l'apprenne parce qu'elle mérite de connaître la vérité et Aurèle doit affronter les conséquences de ses actes, et espérer qu'elle ne l'apprenne pas car cela pourrait mettre tout le couvent sans dessus-dessous...

     En tout cas c'est encore un chapitre très intéressant et j'attends la suite avec impatience!

      • Lundi 16 Avril à 12:27

        Malgré ses pouvoirs et son statut d'Enfant de Gaïa, Aurèle est une personne un peu écervelé. Donc, je pense que Lucrèce saura ce qu'il a fait d'une manière ou d'une autre. A voir ce que cela entrainera comme conséquence.

        Car Lucrèce est quelqu'un d'intègre et qui prend ses responsabilités à cœur mais il y a une chose qu'elle ne supporte pas, c'est la trahison. ..

        Je suis ravie que ce chapitre te plaise ♥♥♥. Et pour la suite, j'y travaille^^.

         

        Merci, merci, merci.

    3
    Mardi 17 Avril à 10:15

    Cette histoire de courants telluriques qui viennent renforcer certains Convents, je ne la sens pas trop là... C'est super suspect, non ? A moins que je ne sois trop parano...

    Sinon, parlons du cas Aurèle... Alors, Aurèle, Aurèle, Aurèle (j'adore ce prénom, du coup je prends plaisir à l'écrire plusieurs fois ! he)... T'as de la chance d'avoir enfanté DON Lothario sinon je serais extrêmement en colère contre toi ! Là je le suis tout de même mais pas au point d'attirer moult malédictions sur toi... C'est très mal de sa part d'avoir ainsi manipulé et abusé Lucrèce, aussi j'espère que c'était une inconséquence due à son jeune âge et pas à un trait de caractère profondément ancré...

    En tout cas, cette MAJ était passionnante... J'attends la rencontre d'Aurèle avec la dragonne !! yes

     

    PS : et qu'est-ce qu'il est beau Aurèle !

      • Mardi 17 Avril à 11:03

        Ah, les courants telluriques ont de l'importance mais chaque chose en son temps ;)

        Quand à Aurèle,  je pense qu'il s'en mordra les doigts de son action inconséquente et irréfléchie. En attendant comme je l'ai dit, il lui faudra changer les couches de son fils car Lucrèce ne va pas être tout le temps à la maison puisqu'elle va poursuivre ses études (et ça aussi cela ne va pas trop plaire à monsieur...^^).

        Ah, la Grande-Maître Macha n'est pas aussi "cool" que Vésuvio. Aurèle risque d'avoir du mal à s'y faire.

         

        Et oui, Aurèle est beau, mais bon en même temps il est né de la génétique de Don. (et son papa Ernesto aussi). Et celle-ci est toujours très satisfaisante ^^.

        Ravie que cela te plaise. Je te dis à bientôt pour la suite ♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :