• Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    La même nuit - Dans le château-musée de Lenzasen

    Des petits pas se firent entendre dans le silence du Musée, s'orientant vers le piano, pièce maîtresse de la collection Lorelei. C'étaient Ulrike, la brune et Audren, la blonde, sœurs jumelles et sœurs esprits, guides de Macha Goetz. Elles restèrent un instant à contempler l'instrument de musique puis Ulrike se tourna vers Audren et eut un petit rire. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Quand même... Nous n'avons pas dit toute la vérité à Macha. 

    - Tu veux dire sur la Source ? 

    - Oui, évidemment.  C'est ce qu'ils attendent tous ici... 

    - ... Hmmf ! Ils n'ont qu'à réfléchir un peu par eux-mêmes. On ne va pas tout leur apporter sur un plateau d'argent. 

    - Nous sommes quand même "les filles devineresses".

    Ulrike eut un sourire railleur en disant cela et Audren renifla de mépris.

    - Enfin, ça, c'est Macha qui nous a présenté ainsi. Alors que nous ne sommes pas limité à cela. Elle aussi, elle a un peu oublié ce que nous étions vraiment. 

    Ulrike hocha la tête puis se mit à rire. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - N'empêche que nous devons une fière chandelle à Gunther. Nous allons enfin quitter cette forme enfantine.

    - Pas trop tôt. J'en ai un peu assez d'être aussi limitée.... Je savais bien que Gunther était une personne sensée. Je l'apprécie encore plus maintenant.

    - Oui... bon, et sinon, est-ce qu'on dit la vérité à Macha ? 

    - Non. Ce n'est pas nécessaire. On voit bien que les rouages se mettent en place, d'ailleurs nous l'avons bien remarqué avec les courants telluriques  qui ont changé d'intensité. Et puis surtout... tu sais combien Macha ne supporte pas d'être utilisée...

    - .... Etonnant comme des humains peuvent être différents entre eux... Rappelle-toi donc de Loreileï. Elle aussi a été utilisée. Nous l'avons poussé à venir à Lenzasen. Elle le savait très bien et cela ne l'a jamais dérangé. 

    A ce nom, Audren poussa un léger soupir puis s'approcha de la fenêtre et laissa son regard se perdre dans le jardin du château.

    - Ha, Loreileï.... Quelle femme puissante ! Elle ne s'est jamais laissé emporté par ses émotions et elle a toujours agi dans l'intérêt de Gaïa. 

    - L'époque n'était pas non plus la même. La planète n'était pas du tout ravagée comme maintenant. Et puis, elle n'a pas eu le vécu de Ti... de Macha...

    - Il est vrai que lorsque nous l'avons trouvée, elle n'était pas au mieux de sa forme... 

    Les deux sœurs se rappelèrent un bref instant leur rencontre avec celle qui n'était pas encore Macha, il y a de cela très longtemps, sur un autre continent. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    A cette époque, elles avaient une forme adulte, libres de parcourir la terre comme elles l'entendaient. 

    C'est l'esprit de Macha qui les avait fait s'arrêter dans leur errance sans fin. Son pouvoir rayonnait comme un phare à travers la nuit. De la vieille femme perclus de rhumatisme, faible et désespérée, elles en avaient fait une femme mûre, forte et avec enfin un but dans la vie, celui de trouver la Source : la jeune fille qui réveillerait Gaïa de son sommeil millénaire et renouvellerait le Pacte...

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    Les deux fillettes revinrent au présent. Après un bref instant de silence, Ulrike fronça les sourcils et reprit la parole. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Depuis quand n'as-tu pas senti l'esprit de Gaïa, Audren ?

    Audren fronça les sourcils à son tour puis ferma les yeux et se concentra. Elle rouvrit les yeux quelques minutes plus tard et posa un regard grave sur sa jumelle. 

    - Je... Je le sens... Mais le contact est si ténu... Son Esprit est si éloigné, si profond à l'intérieur du noyau... 

    Pour mieux appuyer sa vision, Audren prit la main de sa sœur et lui transmit ce qu'elle voyait. Les yeux d'Ulrike s'agrandirent un instant. 

    - Ho ! .... Oui, je le sens aussi... Mais... Elle est si insérée dans le noyau... Comment allons-nous pouvoir l'atteindre ? 

    Audren ne dit rien et plissa les lèvres, le regard angoissé. Ulrike lui pressa la main plus fort.

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Nous n'avons pas le choix, nous devons continuer ce que nous avons décidé. Mais cela va prendre beaucoup plus de temps que prévu... Peut-être plus que cette génération-là... 

    - Et si cela ne marche pas ? 

    - Ulrike ! Arrête !!!

    - Quoi ? On ne doit pas se voiler la face, Audren. Nous n'avons jamais eu une configuration pareille sur la planète : Gaïa est en stase, la terre est ravagée par les humains, l'écosystème est en train de dégénérer... Il se pourrait que tout soit perdu.. 

    - Tu sais ce que si la planète meure, nous devrons alors tout abandonner... 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Oui... Et nous ne pouvons pas appeler un autre Esprit... Nous sommes si éloignés dans ce bras de la galaxie, et nous même sommes si faibles.. 

    Audren se prit alors la tête entre les mains en gémissant.

    - Non, non !! ! Je ne veux pas. Je ne veux pas retourner dans le vide du cosmos, dans ce silence sans conscience... Il faut y arriver... 

    Elle s'arrêta soudain de parler. Les jumelles tournèrent vivement la tête vers la fenêtre, leur regard attiré au-delà des montagnes. Ulrike eut une moue agacée. 

    - Il a fallut qu'il se réveille maintenant celui-là.

    Audren toucha le bras de sa jumelle et Ulrike se retourna vers elle, la mine interrogative.

    - C'est le renforcement des courants telluriques qui l'a réveillé. Et puis tu sais bien qu'ici, il y a toujours eu plus d'énergie qu'ailleurs. Allons voir. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    La petite brune hocha la tête et elles disparurent soudainement, laissant juste un petit chuintement d'air là où elles se tenaient auparavant.

    Elles réapparurent quelques kilomètres plus loin, au milieu d'une petite vallée encaissée dans les montagnes, un endroit qui était oublié depuis longtemps. Et pourtant, se tenaient là quelques habitations humaines, d'une architecture qui dataient du 19eme siècle. Les deux fillettes se tenaient au milieu de la place centrale de ce minuscule bourg. Elles avaient toutes les deux une moue dégoûtée en regardant aux alentours. Ce n'était pas la première fois qu'elles venaient ici et cela ne serait certainement pas la dernière, mais elles ne l'appréciaient toujours pas. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Rappelle-moi pourquoi cet endroit n'a jamais été détruit Ulrike ? Cela sent l'Ombre à plein nez ici. 

    - Parce qu'il a toujours son utilité Audren. Enfin, moi, je lui trouve toujours un usage... Et puis nous ne l'avons pas détruit parce que le corps de Loreileï repose ici.

    - Ah oui, c'est vrai... Bon, on y va ? 

    Elles quittèrent la place et se dirigèrent vers une maison qui se situait un peu plus en hauteur. C'était une grande demeure sombre, un manoir gothique qui surplombait le bourg de sa masse imposante et sinistre. 

    Les grilles pourtant verrouillées s'ouvrirent d'un seul coup devant Ulrike et Audren  et elles se dirigèrent d'un seul mouvement vers la grande porte d'entrée qui s'ouvrit elle aussi toute seule. Un air d'orgue se fit aussitôt entendre.

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

     

    Ulrike eut un ricanement sec et s'avança plus avant. Dans le salon, elles découvrirent le personnage qui jouait ainsi de l'instrument en plein milieu de la nuit : un homme de taille haute, aux longs cheveux bruns vêtu d'un vêtement ancien. Cet homme appuyait fortement sur les touches de l'orgue, déversant sa rage et sa colère dans la musique qui résonnait  à travers la pièce.

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    Ulrike s'avança encore d'un pas et s'exclama : 

    - Eh bien ! Le Comte Louis de Lormont est donc sorti de son tombeau ? 

    A ces mots, l'homme se retourna soudain et eut un cri de rage en voyant les deux fillettes. Il feula et révéla deux longues canines de sa mâchoire supérieure. Il pointa un doigt vers elles.

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Vous ! Vous... C'est vous qui m'avez enfermé dans ce tombeau... Espèce de ... 

    Il voulut s'avancer pour les frapper mais il se heurta à un mur invisible. Les jumelles avaient des pouvoirs que bien peu auraient deviné derrière leur apparence frêle. Audren restait silencieuse, tout en ne perdant pas le vampire du regard tandis qu'Ulrike continuait de l'asticoter. 

    - Si tu y as été enfermé, c'est bien pour une bonne raison, Louis de Lormont. Nous ne pouvions pas te laisser faire des ravages parmi les Enfants de Gaïa.

    - Ils m'écoutaient !!! Ils étaient prêts à me rejoindre !!!

    - Oui, oui, oui... Mais nous n'avons pas besoin d'une cohorte de vampires sur Terre. Allez, mon grand, va te recoucher, ce n'est pas encore l'heure de ton réveil. 

    D'un mouvement de la main, Ulrike prit le contrôle du corps du vampire et le força, malgré ses récriminations vociférantes, à descendre dans la crypte sous le manoir, où l'attendait un cercueil ciselé d'or. Malgré lui, il s'y installa et le couvercle se referma d'un coup sec. Ulrike eut un autre mouvement de la main et une brume mauve apparut autour du cercueil, indiquant un sortilège d'emprisonnement.

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    Les jumelles remontèrent dans le salon et s'installèrent dans les fauteuils du salon. Et là, Audren laissa cours à son inquiétude concernant la créature emprisonné en dessous d'elle. 

    - Penses-tu qu'il va rester longtemps enfermé ainsi ? 

    - Humm, non... Je dirais 15 à 20 ans au maximum, si les courants ne se renforcent pas encore... Nous aviserons à ce moment-là.

    - Quand même... Ne pouvais-tu pas le détruire ?

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Non, Audren... Il peut toujours avoir son utilité. Sait-on jamais... 

    - Quelle idée quand même que ces vampires... 

    - C'est la contrepartie de la lumière, Audren, tu le sais bien. Gaïa est de nature bienveillante mais elle a aussi une partie noire. Le juste équilibre, ma sœur, le juste équilibre.

    - Mmoui.... En fait, je ne sais pas ce qui m'hérisse le plus  des sorciers noirs ou des vampires... C'est décidément plus ta tasse de thé que la mienne, Ulrike.

    - Hmmm.... 

    Ulrike était plongée dans ses pensées puis eut une exclamation joyeuse.

    - Ha ! J'ai une idée !

    - Ulrike ! Tu ne peux pas faire ça, enfin !

    - Et pourquoi pas ? De toute façon, cela va prendre du temps... Mais cela pourrait peut-être sortir un peu Gaïa de sa stase et donner un peu plus d'énergie à l'écosystème. 

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    - Il va y avoir des dommages collatéraux.. 

    - Il y en a toujours de toute façon... Allez viens, on rentre. 

    Ulrike prit sa sœur par la main et elles sortirent de la demeure.

    Le silence se fit. Mais si on tendait l'oreille, on entendait vaguement de sourdes malédictions énoncées d'une voix lointaine et étouffée...  

    Chapitre 8 : Les Augures des Jumelles

    « Chapitre 7 : réunion du Convent

  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Novembre à 08:35

    Eh bien, quel chapitre passionnant !! Je ne m'attendais pas du tout à ce genre de révélations sur les jumelles ou même Macha !

    Et puis, le thème de ton histoire a un écho particulièrement douloureux avec notre propre actualité liée à l'écologie bien malmenée et méprisée... cry J'espère que ça se finira mieux pour les personnages de ton histoire que pour nous...

    Pfiou... encore bravo, pour ce récit haletant, j'étais suspendue à tes mots ! 

     

    PS : il est pas mal Caleb relooké ainsi !! oops 

     

      • Lundi 19 Novembre à 09:07

        Parthenia,

        Merci pour ton commentaire enthousiaste. Comme je l'ai dit sur Twitter, c'est un chapitre qui m'as donné du fil retordre dans l'écriture. Encore maintenant, je n'en suis pas tout à fait satisfaite, mais bon...

        Ah oui, j'avais bien gardé mes révélations sur les jumelles. Et quand à Macha, je n'ai pas encore tout dit sur elle. mais cela viendra en temps et en heure.

        Oui, l'écologie. C'est le fil rouge de cette histoire et cela ne va pas aller en s'arrangeant. Mais j'ai prévue une belle fin en tout cas ♥ ... Enfin, pour ma part. Je ne sais pas comment vous le prendrez... Mais bon, on en est encore loin...

        Quand à Caleb, je l'aime beaucoup moi aussi. Je voulais un petit rappel de Louis de la Pointe du Lac. Oui, je suis fan des vampires d'Anne Rice ♥♥♥.

        Je te dis à bientôt pour la suite, donc. Cela sera Hendrick et Amanda. Je pense que cela va grincer des dents... ouch

        Et merci encore kiss

    2
    Lundi 19 Novembre à 10:19

    Des sœurs esprits!  mais c'est bien sûr!  et guides de notre Macha!  Et comme tous les esprits, elles sont quelque peu malicieuses et surtout très puissantes! 

    J'ai adoré!  Je ne m'attendais pas à une telle révélation.  Je les trouve sublimes.  Avec un côté inhumain et suffisant que leur pouvoir, leur savoir et leur vie très longue justifient.  

    Que dire de la confrontation avec le vampire?  Un régal :p  Et la fin de ce chapitre m'a filé des frissons, dis donc.  Waouh!  Vraiment, trop-trop bien!  

    Encore et vivement la suite! ♥♥♥

      • Lundi 19 Novembre à 10:53

        Eulaline,

        Je suis en effet très satisfaite de mes jumelles esprits. Il est vrai qu'elles font un peu peur aussi, mais c'est voulu wink2. Audren est celle qui est la plus "froide" et Ulrike la plus "malicieuse". Mais il ne faut pas s'y tromper, elles sont faites du même bois.

        Avec le vampire, je voulais montrer un peu de leur puissance et de leur savoir. Et puis Louis aura aussi son "utilité" un prochain jour.

        Elles pourraient en effet avec leur pouvoir "rearranger" la planète. Mais elles sont intrinsèquement liées à Gaïa et celle-ci a donner une responsabilité à l'espèce humaine. A tort ou à raison. Par contre, juste une petite chose, je l'ai un peu expliqué dans le chapitre : si Gaïa mourrait elles seraient "libres" de parcourir le cosmos, mais sans grande utilité.

        Pour la suite, je te donne rendez-vous avec Hendrick et Amanda et leur superbe entente (ironie quand tu nous tiens... he).

         

        Merci, merci, merci pour tes adorables commentaires et  pour ta fidélité ♥♥♥

    3
    Lundi 19 Novembre à 11:08

    Je pense que si elles retrouvaient leur "liberté", elles s'amuseraient beaucoup moins aussi.  J'ai adoré le "hmmmf!  Ils n'ont qu'à réfléchir par eux-mêmes, on ne va pas tout leur apporter sur un plateau d'argent."  :D Mais quelles canailles, ces deux-là!

    Leur rencontre avec celle qui n'était pas encore Macha m'intrigue énormément (oh lalalala... c'est trop bien! :p )

      • Lundi 19 Novembre à 16:48

        Eulaline,

        Oui, ce sont des petites canailles, en effet. Bon, en même temps, elles n'ont pas toute à fait tort. L'espèce humaine espère une sorte de Deus Ex Machina pour éviter de se sortir les doigts du fion (pardon de ma vulgarité^^).  Mais à l'origine, avec le Pacte, les Hommes devaient être des "gardiens, des bergers" de la nature. Ils se sont un peu gourés en chemin je crois.

        Ce qui intéressent Ulrike et Audren c'est l'écosystème en général et le bien-être de Gaïa. Les actions qu'elles entreprennent ne sont pas nécessairement bénéfiques aux humains...

        Je reviendrais sur l'ancienne forme de Macha dans la seconde partie ;)

    4
    Mardi 27 Novembre à 05:26

    Voilà donc ce que tu voulais faire de Caleb (le pauvre quand même ! Une si brève apparition XD)

    C'est qu'elles ont bien des secrets ces gamines... Cela explique pas mal de choses mais si elles comptent sur les enfants de Gaia pour trouver la Source sans un coup de pouce supplémentaire... Ahem... Mal barré non ? D'ici là, le comte vampire sera sorti de son cercueil au moins dix fois, je le crains...

    Super chapitre en tout cas ! ^^

      • Mardi 27 Novembre à 12:09

        Kaleiya,

        Ah malheureusement pour Caleb, il ne va pas avoir un bien grand rôle dans cette histoire^^. Dans une autre sûrement (quand j'aurais le temps de l'écrire...).

        En fait, c'est elles qui vont donné un petit coup de pouce aux Enfants de Gaïa, mais pas sûr que cela leur plaise aux dits Enfants. Et pas sûr que cela soit ce que voulait Gaïa...

        Merci de ton passage par ici (il faudra que j'aille faire un tour chez Ezekiel quand j'aurai un peu de temps pour lire afin de savoir ce qui arrive au beau rouquin... ) et contente que cela t'ai plu smile.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :