• Cela faisait une semaine que Nath et Rowan étaient arrivés à Newborn quand la catastrophe arriva… 

    En ce lundi matin, alors que nous étions à peine arrivés au bureau, le Directeur vint nous voir et nous demanda de passer en salle de réunion.

    Aussitôt installés, il alluma la télévision et nous restâmes abasourdis devant les images qui s’offraient à nous : Un immense champ de flammes se déployaient devant nos yeux. Les raffineries d’Arabie Saoudite étaient toutes en flammes.

    Chapitre 16 : Ruptures

     

    Oui, toutes. De la raffinerie de Jazan à celle de Yanbu Yasref. Nous étions sous le choc et nous savions déjà ce que cela allait entrainer. Même si les Etats-Unis arrivaient à produire du pétrole pour leur propre marché, ils importaient quand même du pétrole lourd du Moyen-Orient. La pénurie allait entrainer une hausse des prix et une crise économique. 

    Et, pour en ajouter un peu plus dans ce désastre, ce n’était pas un accident mais une attaque concertée. Nous avions pu voir, avant que les caméras ne lâchent dans une raffinerie, une armée de drones en suspens au-dessus des infrastructures. Qui était derrière tout cela ? Nous étions dans l’ignorance pour le moment. 

    Le Directeur fut assailli toute la matinée par des appels de l’armée. Quelques heures plus tard, nous étions encore conviés en salle de réunion. Jay Sarren était également présent, mais cette fois-ci, il ne m’accorda aucune attention et sembla même quelque peu distrait.

    Monsieur Vassanali nous fit part du changement abrupt de notre mission présente : point de fioriture dans l’IA, nous devions aller au plus essentiel et mettre au point rapidement une machine de guerre autonome. Nous devions également produire des drones tactiques pour l’Armée.

    Chapitre 16 : Ruptures

     

    Du coup, ce pourquoi j’étais venu ici prenait un peu moins de sens car il y avait moins d’enjeu et moins de recherche. Mais je devais quand même faire le travail pour lequel j’étais payé. 

    Le soir-même, nous étions complètement épuisés de notre journée. Mais je souhaitais quand même cette fois-ci appeler Raphaël. J’avais besoin de sa présence après tout ce que nous avions appris. 

    Il arriva une demi-heure plus tard, aussi bouleversé que moi par la nouvelle et il m’enlaça fortement.

    Chapitre 16 : Ruptures

     

    Comme nous n’avions pas le cœur à cuisiner quoi que ce soit, Rowan commanda une pizza.

    Et nous nous installâmes dans le salon. La conversation devint vite languissante, même si nous étions tous inquiet de ce qui se préparait. Ce fut Rowan qui se ressaisit la première et demanda à Raphaël de nous jouer un petit morceau au piano afin d’alléger un peu l’ambiance. Elle se mit juste à côté de lui pour l’écouter et battre le tempo. Je souriais mais alors que je tournais la tête pour partager mon amusement avec Nath, je vis que celui-ci était en train de consulter son téléphone, le visage livide.

    Chapitre 16 : Ruptures

     

     - Qu’est-ce qu’il y a Nath ?

    - Regardes. Cela vient d’arriver ce soir… 

    Il me tendit son portable et je lus ce qui avait inquiété Nath : une cinquantaine de câbles sous-marins de communication entre l’Amérique du Nord et l’Asie venaient d’être coupés. Un juron monta à mes lèvres. Je jetais un regard en biais à Rowan et Raphaël mais ils étaient plongés dans leur musique. Je revins à Nath qui me regardait les yeux remplis d’inquiétude. 

    - Ce n’est pas normal, Allie. Pas normal du tout. Les raffineries et maintenant les câbles. Tout cela sent une manœuvre sous-jacente.

    - C’est ce que je suis en train de penser en effet…. Qu’allons-nous faire ?

    - Il serait peut-être temps de mettre en place ce que nous avions prévus avec Will et Rowan, non ?

    Chapitre 16 : Ruptures

     

    - Tu es sûr ? Si on le met en place, il n’y a plus de retour en arrière possible.

    - Oui. Tout cela va trop vite. Si nous n’agissons pas maintenant, il sera peut-être trop tard ensuite. Faisons-le au moins pour notre sécurité.

    - Ok, je l’appelle. 

    Je sortis de table, fis un bref sourire rassurant à mes amis puis je montais dans ma chambre et prit dans mon sac un autre portable que je trimbalais avec moi. C’était un portable jetable acheté en magasin et surtout intraçable par qui que ce soit. Le genre de portable qu’on utilisait pour éviter d’être repérer. Je l’allumais et composait le numéro que je connaissais par cœur. Il décrocha aussitôt. 

    - Will ? C’est Aliénor.

    - Tu as vu ce qu’il se passe ?

    - Oui. C’est pour cela que je t’appelle.

    - On enclenche le plan ?

    Chapitre 16 : Ruptures

     

    - Oui.

    - Ok. Pour demain, ça vous va ?

    - .. Si tôt ? …

    - Aliénor. Je ne sais pas combien de temps les autres câbles vont rester intact. Il faut bouger rapidement avant de ne plus pouvoir le faire…

    - Je sais, je sais. Tu as mes codes ?

    - Oui, pas de problèmes. Je contacterais Nath pour le reste. Je coupe. 

    Et il raccrocha. Je soufflais un bon coup. On y était. Dans ce que nous avions envisagé de pire. Il fallait maintenant que j’en informe Rowan et explique tout cela à Raphaël. 

    Rowan, comme je m’y attendais, ingurgita l’information tout de suite et fut prête. Ce fut plus difficile pour Raphaël. Il me fallut un peu plus de temps et de persuasion. Au bout d’un moment, il céda, sans gaieté de cœur. Il m’embrassa puis quitta la maison : il avait des choses à régler et préparer d’ici demain. 

    Je remontais dans ma chambre et je restais un instant les yeux dans le vague. Finalement, en partant d’ici, puisque c’était de cela dont il s’agissait, je ne saurais jamais ce que me cachais vraiment Newborn. Ni ne saurais vraiment ce que voulais me dire Emma. Un mal pour un bien peut-être. 

    J’allais commencer à préparer mes affaires quand soudain mon portable sonna. Je me figeais. Ce n’était pas le mien, mais le portable jetable. Normalement, personne n’aurait dû m’appeler dessus.

    D’une main tremblante, je décrochais. Et une voie grave que je commençais à connaître me répondit : 

    Chapitre 16 : Ruptures

    - Aliénor.

    - Jay ? Mais…

    - Un jeu d’enfant pour moi…. Allie, ma jolie, il est temps pour toi de découvrir ce que voulais te dire Emma. Il est temps que tu déchiffres son carnet.

    - Mais…

    - Avec un s’il te plaît, cela passe mieux ?

    - Comment sais-tu pour le carnet ?

    - J’ai toujours été aux côtés d’Emma. Depuis le début. Déchiffre le carnet et tu sauras tout. Je te laisse cette nuit pour le faire. Demain tout changera…

    Chapitre 16 : Ruptures

     - Mais comment peux-tu…

    - Déchiffres, Allie… Emma a mis la clé du code à la fin du carnet. 

    Et sans plus de façon, il raccrocha. Je restais un moment sans bouger après cet appel, tétanisée. Et puis, je me repris. Le carnet. Je le sortis, feuilletais les pages jusqu’à la fin. Et là, je découvris la clé de déchiffrement, écrite en toute petit, parmi les fioritures de la couverture. 

    Chapitre 16 : Ruptures

    Le reste fut un jeu d’enfant. 

    « Je m’appelle Emma Bassington. J’ai actuellement 19 ans et je vais noter ici tout ce qui est m’arrivée depuis ma conception à Newborn… »

    Chapitre 16 : Ruptures


    8 commentaires
  • Je vous partage quelques screens "saugrenus" que j'ai eu pendant mon shooting de l'épisode 15 de Singularité. Si cela vous plaît, je recommencerais. smile

     

    Mini bêtisier chapitre 15 de Singularité

     

    Heu... Nath... Je sais bien que c'est une réunion pour de faux, mais tu pourrais quand même avoir un air à moitié intéressé. La crédibilité, que diable !

     

    Mini bêtisier chapitre 15 de Singularité

     

    Pendant que là-haut, à l'étage, Aliénor sue sang et eau pour me fournir une expression adéquate, voilà que ces deux-là se prennent du bon temps ! Ah, il y en a cela va aller, ils ne seront pas trop fatigués... tongue

     

    Mini bêtisier chapitre 15 de Singularité

    Et on finit avec Jay qui raconte une blague à Allie. Est-ce que c'est bien le moment-là ? Il y a une intensité dramatique derrière, Jay. Tiens ton rôle ! 

     


    4 commentaires
  • Le lundi après-midi, nous avions tous une réunion importante avec le Directeur. Nath et Rowan furent présentés au reste de l’équipe et ensuite, il leur dévoila le projet pour lequel on leur avait demandé de venir ici.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

     

    Comme je l’avais deviné, mes deux amis furent impressionnés, mais également grandement intéressés par ce projet, même si Rowan me jeta un regard de connivence. 

    Nous en avions discutés avant entre nous et nous aviserions de notre conduite à tenir si nous trouvions quoi que ce soit de louche, dans l’entreprise ou en dehors, à Newborn. 

    La suite fut dédiée aux détails pratiques et aux éléments qui nous bloquaient encore. Nous avions également une visio-conférence avec les commanditaires de l’Armée pour leur expliquer nos avancées et si ce que nous élaborions leur convenaient ou s’il y avait encore des ajustements à faire.Au moment où la visio-conférence commençait un homme entra dans la pièce. Ashaya Vassalani, le directeur, releva la tête et fit signe au nouvel arrivant de venir s’installer à côté de lui. 

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    - Bien. Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous présente Jay Sarren. Il est le président honorifique de notre société. Je l’ai invité à cette réunion afin qu’il puisse constater que nous nous engageons bien dans le projet initialement prévu par Louis Sarren. 

    Le Directeur eut un sourire mais Jay Sarren, lui, ne souriait pas et lui lança un drôle de regard.

    Ainsi donc, c’était lui le fameux Jay, celui qui m’avait fait peur il y a quelque temps et qui donc, était le filleul de Louis Sarren. Je le détaillais, un peu plus attentivement. Il était grand et longiligne, le crâne rasé et les sourcils blonds. Il paraissait légèrement emprunté devant nous.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    Mais si son allure était un peu gauche, son regard lui ne l’était pas. A peine eut-il fait le tour des personnes présentes que ses yeux gris acier se verrouillèrent sur moi, acérés. Je me sentis d’un coup mal à l’aise face à regard.  Heureusement, la discussion commença et il tourna la tête vers l’écran vidéo. Je poussais quand même un petit soupir de soulagement. 

    La visio-conférence dura plus longtemps qu’il n’était prévu mais elle permit à l’équipe de mieux cerner ce qui n’allait pas encore et d’intégrer les nouvelles demandes de notre commanditaire. Rowan proposa même une forme un peu plus ergonomique pour l’IA sur le terrain.

    Une fois l’écran éteint nous pensions en avoir fini et continuer le travail, mais le directeur nous demanda de rester assis. Son regard alla vers Richard Gallagher. 

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    - Monsieur Gallagher, j’aimerais que cet après-midi, vous vous rendiez à la Fondation Constellation afin de vérifier leur système informatique et leur serveur.

    - Ils ont eu un souci ? Pourtant, il n’y a pas si longtemps que nous avons changé leur parc informatique.

    - Il n’y aucun problème au niveau de leur équipement. Mais la Direction nous a informé qu’il y a eu une intrusion sur leur intranet, dans des dossiers sensibles.  Quelqu’un a réussi à déjouer les systèmes de sécurité malgré les multiples pares-feux. Malheureusement, l’informaticien de la Fondation n’a pas pu remonter jusqu’à l’adresse l’IP incriminée.

    Je me mordis l’intérieur des joues. Zut ! J’avais agi en toute discrétion normalement, l’intrusion n’aurait pas dû se remarquer. Comment s’étaient-ils rendus compte de ma visite ?

    Alors que le Directeur était toujours en train de discuter avec Richard, Jay se retourna soudain vers moi, me fixa dans les yeux et eut un petit sourire arrogant.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    Bordel !!! Il savait ! Il savait que c’était moi. Je déglutis nerveusement. C’était la catastrophe. Il détourna enfin le regard mais je restais sur le qui-vive.

    La réunion se termina enfin. Et Jay Sarren ne prit aucunement la parole pour m’accuser d’intrusion sur le site de Constellation. Peut-être m’étais-je trompée sur son sourire… 

    Alors que nous nous levions, Rowan vint près de moi et me chuchota : 

    - Dis donc, tu as fait une touche avec le jeune Sarren. Il ne t’a pratiquement pas lâché du regard.

    - Ho, je t’en pri…

    - Mademoiselle Raven ? 

    Une voix. Une voix grave et douce à la fois. Je me retournais. C’était bien évidemment Jay Sarren qui se tenait derrière moi. Je tentais de garder une contenance et haussais un sourcil interrogateur. 

    - Oui ?

    - Je souhaiterais vous parler quelques instants si vous n’y voyez pas d’inconvénients. 

    Il lança un regard éloquent vers Rowan lui signifiant que sa présence n’était pas nécessaire. Elle eut un bref singe du menton, non sans un dernier regard goguenard dans ma direction puis elle sortit.

    Nous étions seuls dans la salle de réunion. Jay se pencha vers moi et me chuchota : 

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    - Tu sais que je sais ce que tu as fait…

    - Que…

    - Inutile de nier. Si tu tiens à ta place ici, ainsi qu’à l’image que tu renvoies, tu vas me rendre un service…

    - Un service ?

    - Oui. Je vais t’envoyer cela ce soir sur ton ordinateur. En trois fois, car le volume est important. Et bien évidemment, tout cela reste entre nous…

    - Je… C’est illégal ? Je ne…

    - Tss, tsss… Allons, pas de ça avec moi, Aliénor Raven… 

    Il leva la main et d’un doigt suivit le contour de ma joue. Je frémis. J’avais l’impression d’être un moucheron pris dans une toile d’araignée.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

     

    Soudain le Directeur fit irruption dans la salle et en voyant Jay avec moi ses sourcils se froncèrent. 

    - Jay ! Où étiez-vous donc passé ?

    - Je discutais avec Mademoiselle Raven, comme vous le voyez…

    - Vous n’avez pas à discuter avec le personnel, vous le perturbez, on en a déjà discuté…. 

    Il vint rapidement vers lui, lui pris fermement le bras et l’entraîna en dehors de la pièce. Mais juste avant de sortir, Jay tourna la tête et eut ce maudit petit sourire en me regardant.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    Mais qu’est-ce que c’était que ça ? 

    Je retournais quelque peu secouée à mon poste de travail. Mais pendant que mes mains entraient machinalement des lignes de codes, mon esprit vagabondait. J’appréhendais déjà ce qu’allait me demander Jay. Et puis surtout, comment pouvait-il être au courant de mon incursion sur le site de la Fondation ? Je n’étais pourtant pas née de la dernière pluie et je savais comment entrer sur un site en anonymat. Il y avait quelque chose qui m’échappait. Et pourquoi n’avait-il pas dévoilé mon identité s’il savait que c’était moi ? Après tout, il était quand même le Président Honorifique de la Société.

    Et puis… cette relation avec le Directeur, c’était bizarre. Monsieur Vassalani lui avait parlé sur un tel ton… Je poussais un soupir. Encore des secrets, toujours des secrets. J’en avais un peu marre.

    Rowan se tourna vers moi et haussa les sourcils. 

    - Cela ne va pas, Allie ?

    - Si, si ça va. T’inquiètes…

    - Tu es sûre ? … Ce n’est pas ce monsieur Sarren qui t’as embêté quand même ? 

    Je faillis dire que si mais je me retins. Si je parlais, est-ce qu’il s’en prendrait à Rowan ? Je devais être prudente. 

    Ce soir-là, nous partîmes très tard du bureau. Le travail avait été intense et éreintant. Mes deux amis préférèrent passer un moment dans le jacuzzi avant de manger un bout.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

     

    Moi, j’avais juste envie d’un bon bain. Je n’avais pas rejoint Raphaël car il était vraiment tard et j’avais besoin de me reposer.

    Mais, alors que j’entrais dans la salle de bain, je sentis mon portable vibrer dans ma poche. Je le sortis et vis le message d’un destinataire inconnu. Me doutant déjà de qui cela pourrait être, je l’ouvris : 

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    « C’EST ENVOYE SUR TON ORDINATEUR ! AU TRAVAIL » 

    Je grinçais des dents. Et puis je contemplais la baignoire avec envie. Ce n’est pas encore ce soir que j’allais me détendre. Je sortis de la salle de bain, passais dans ma chambre et je me mis à l’aise. Enfin, j’allumais l’ordinateur et j’allais voir ce que Jay m’avait envoyé. Une immense liste de chiffres sans queue ni tête apparue sur mon écran. 

    - Mais… mais… Il veut que je fasse quoi avec cela ? 

    Chapitre 15 : Jay Sarren

    Il n’y avait évidemment aucune explication, aucune aide accolée à ce listing. Débrouille-toi ma vieille !

    Avant de m’arracher les cheveux, je décidais d’imprimer tout ces chiffres et de les déposer par terre. Il n’y avait plus qu’à réfléchir. Je mis longtemps avant de trouver un sens à tout cela. Mais enfin, je les vis. Ces chiffres qui formaient une longue ligne continue dans tout ce fatras. 

    Afin de me débarrasser au plus vite de ce que j’avais vu, je transférais ma réponse sur l’adresse mail fournie et je l’envoyais. Je reçu aussitôt un sms : « Beau travail. Maintenant vas te coucher. Il faut que tu sois en forme pour le reste demain. Cela serait dommage que tu t’évanouisses dessus ».

    Et il se moquait de moi en plus. 

    Malgré l’heure tardive, le sommeil fut long à venir. Deux yeux gris métalliques et un petit sourire hautain me hantait. Qui était donc ce Jay Sarren ? Et à quel jeu jouait-il avec moi ? 

    Mes deux autres soirées furent tout aussi intense. Encore des lignes de chiffres, encore des énigmes à résoudre, car bien évidemment, ce n’était pas la même chose que la première fois.

    Chapitre 15 : Jay Sarren

     

    Cela me prit beaucoup plus de temps que je ne pensais et cela bouffa mes soirées. J’étais à cran et énervée, à fleur de peau. Rowan voyait bien que quelque chose n’allait pas mais n’osais rien me dire devant mon regard buté.

    Cela ne me ressemblait guère. D’habitude, je parlais toujours de mes problèmes avec elle. Même oui, de certaines choses que j’avais faites illégalement. De toute façon, Rowan avait une morale assez souple au niveau de tout ce qui touchait à Internet.

    Mais pourquoi là, je refusais de parler ? Peut-être parce que Jay Sarren me faisait peur. Jusqu’à présent, rien de concret ne me permettait de croire aux dessous illégaux de Newborn. Et là, je venais de mettre les pieds dedans. C’est une chose d’en discuter, cela en est une autre d’être devant le fait accompli… 

    Enfin, dans la nuit du troisième jour à me faire des nœuds au cerveau, je cliquais une dernière fois sur la touche Envoyer et le mail partit. Mais, cette fois-ci, je n’eus aucun SMS ironique de Jay. J’en fus presque déçue. 

    Mais, au moment où j’allais m’endormir mon portable vibra et un message sibyllin s’afficha : 

    « La fin est le commencement et le commencement est la fin ».

    Chapitre 15 : Jay Sarren

     


    10 commentaires
  • En début de semaine, je quittais ma petite maison pour aller dans l’ancienne demeure du Docteur De Hermint, afin de préparer la venue de Nath et Rowan. Je trouvais cette grande maison vraiment très agréable. Et puis, il y avait aussi ce jacuzzi qui me tentait au possible. 

    J’en profitais le soir même avec Raphaël. Une petite routine s’était installée entre nous : chaque soir, après son travail, il revenait directement de Newcrest pour venir me voir. Parfois, il ne restait pas longtemps, juste pour discuter, me jouer de la musique ou parfois, il restait jusqu’au petit matin.

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Et, bien évidemment, ce n’était pas que pour parler. Je crois bien que nous avons testé chaque pièce de cette demeure pour faire l’amour. Je ne savais pas trop où j’allais dans cette relation et si elle allait aboutir à quoi que ce soit. Mais j’aimais être avec Raphaël, discuter avec lui, l’entendre rire. J’aimais quand il me regardait aussi intensément, cela me faisait fondre. Que cela faisait du bien d’être aimé. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Mais ce jeudi soir, il ne pût venir car le concert dans lequel il jouait finissait tard. Me trouvant quelque peu désœuvrée, je me rappelais alors la lettre d’Emma que j’avais trouvé dans son carnet. Il était temps de la déchiffrer.

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

     

    Cela me prit une heure. Le code était finalement plus simple que je ne l’avais supposé. Et une fois décodée, la lettre me causa encore plus d’inquiétudes : 

    Aliénor, ma chère, chère Allie,

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

     

    Si tu as trouvé cette lettre et ce carnet, cela veut dire que cela s’est mal passé pour moi et que je ne suis plus de ce monde. En même temps, je ne me suis jamais attendu à autre chose de moi. J’ai toujours été trop : trop sensible, trop inadaptée, trop savante, trop perspicace pour leur propre bien. Et pourtant, c’est eux qui m’ont créé, c’est eux qui ont eu besoin de moi pour leurs projets. J’étais leur petit génie, leur singe savant, « leur savante folle » qui allait les aider à bâtir la société parfaite dont ils rêvaient.

    Mais bref, tu auras tous les détails dans ce carnet. J’ai écrit tout ce qui s’est passé à Newborn depuis ma conception. Je pense que tu seras bien étonnée de tous les dessous de cette ville… Et de ce que je t’ai caché également. Ce n’est pas que je ne te faisais pas confiance, ho non Allie, ce n’est pas ça. Je t’ai caché beaucoup de choses pour te protéger. Si tu savais comment Sarren et sa clique salivaient sur ton intelligence et sur comment ils pourraient l’utiliser pour leur propre compte, tu aurais pris peur.

    Je t’ais laissé quelque peu naïve et j’en suis désolée, mais cela était tellement agréable d’être à côté de toi, sans préjugé et sans faux-semblant. Tu étais ma bouffée d’air frais dans tout cela et j’y tenais…

    Je suis désolée, également, que notre dernière rencontre se soit soldée par cette scène hystérique… J’ai toujours été trop instable dans mes sentiments. Et encore plus quand il s’agissait de toi. Mais. Mais j’ai surjoué cette scène. Sache que c’est moi qui ai voulu que tu partes, moi qui ai suggéré à Louis que tu ailles travailler à San José. Oui, c’est un peu surréaliste, je le reconnais. Je voulais que tu partes de Newborn et en même temps, je n’avais pas envie de te laisser partir. Ce qui a donné cette scène complètement ingrate et méchante. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Allie, pour finir, il faut que tu saches que j’ai usé de tout mon savoir pour créer quelque chose. Quelque chose dont je ne suis pas sûre que cela soit maîtrisable, malgré les brides qu’ils ont mises. Je ne sais pas quelles conséquences cela va avoir sur vos vies dans les années qui vont venir, j’en suis désolée par avance. Mais qu’est-ce que je suis fière de l’avoir créé. Et tout cela un peu grâce à toi…

    Je sais que ce que je te raconte, c’est vraiment flou pour toi. Encore une fois, tu auras tous les détails dans le carnet. Lis-le. Tu sauras ainsi ce qui se passe vraiment à Newborn. 

    Et puis, si tu peux, prend bien soin de mon frère. Prends soin de Raphaël. Il t’aime, je le sais, j’ai vu ses regards.

    J’ose espérer que rien de ce que je crains n’arrive et que tu ne lises jamais cette lettre.  Mais sinon, peut-être que toi, tu arriveras à quelque chose…

    A te revoir dans une autre vie mon Allie.

    Emma 

    La lettre s’arrêtait là. Une phrase tourbillonnait dans ma tête : Emma ne s’est pas suicidée, elle a été assassinée….

    Puis je me repris. Je n’en savais rien. Emma était plutôt vague dans ses accusations, même si je commençais à me douter de qui elle parlait. Mais pourquoi l’auraient-ils tué puisqu’apparemment elle était importante pour leur projet ? A moins qu’Emma eût l’intention de dévoiler des éléments sur eux ?

    Je passais la main dans mes cheveux, lassée. Toute cette histoire commençait à peser lourd dans mon esprit mais je ne savais que faire. Je ne pouvais quand même pas accuser à tort et à travers, sans preuve explicite. Et puis, accuser qui ? Silicon Intelligence ? La Clinique Proteria ? Tout cela était encore bien flou. 

    Il n’y avait qu’un moyen d’en savoir plus et c’était de lire le carnet d’Emma. Malgré tout, j’avais une certaine réticence à le lire. D’abord, parce qu’il faudrait le décoder. Et que cela allait prendre du temps. Et ensuite, parce qu’une fois que je l’aurais déchiffré et lu, je savais intuitivement que ma vie ne serait plus la même. L’ignorance avait parfois du bon. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    C’était un peu lâche, mais ce soir-là, je rangeais le carnet et la lettre et décidais de préparer l’arrivée de Rowan et Nath, laissant de côté toutes ses choses noires qui tourbillonnaient dans l’atmosphère de Newborn. 

    Ils arrivèrent par le train ce samedi matin. Comme à son habitude, Rowan avait revêtue une tenue excentrique : une grande robe noire avec un chapeau à voilette. Cela m’amusait toujours. Elle haussa un sourcil hautain en voyant ma figure. Nath, derrière elle, se retenait de rire. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    - Je vois que tu aimes toujours faire sensation quand tu arrives quelque part, toi.

    - Mais oui ! Rowan Kelly n’est pas n’importe qui quand même ! 

    Et puis elle se mit à rigoler et vint m’enlacer très fortement. 

    - Ma bichette ! Que je suis contente de te revoir. Alors, tu n’as pas fait trop de bêtises en mon absence ?

    - Ah ! … Heu…

    J’eus une moue gênée et Rowan et Nath haussèrent les sourcils, étonnés. Mais je n’allais pas en parler ici, sur le quai de la gare. Je les emmenais directement dans notre maison. Ils furent tous les deux admiratifs et très content de leur nouvelle location. En revanche, ils le furent moins quand je leur racontais tout ce qui m’était arrivé et ce que j’avais appris depuis mon arrivée ici à Newborn. A la fin, Rowan se prit la tête entre les mains puis me regarda d’un air faussement navré. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    - Alors, résumons : nous devons bosser sur un projet I.A. pour l’armée, mais toi, tu as découvert, ici à Newborn, un complot pour mettre en place une société eugéniste, ta meilleure amie a été plus ou moins assassinée, elle t’a quand même laissé un cahier codé, ta nièce est une surdouée qui pourrait intégrer une fondation très louche et par-dessus, le marché ta maman est une mafieuse. Tu as fait fort sur ce coup-là, ma chérie, tu as fait fort ! 

    Rowan me regardait avec un air très triste qui ne dura pas. Elle me fit ensuite un grand sourire et se montra t’elle que je la connaissais. 

    - En tout cas, moi, je suis partante, hein ! Des complots, ouais, dégommons-les. 

    Nath se montra pour son part un peu plus circonspect que sa compagne et surtout, très pragmatique : 

    - Avec tout ce que tu viens de nous apprendre, Allie, penses-tu que nous puissions être en danger ?

    - Mm, non, je ne pense pas. A part Raphaël avec qui j’ai discuté et Candice, personne ne se doute de ce que je sais…. Enfin, de ce que j’en ai déduit. Parce que je ne suis pas sûre à cent pour cent de ce que j’extrapole. Il faudra que je décode le carnet d’Emma pour connaître la vérité. 

    Rowan fronça les sourcils. 

    - Mais… Es-tu sûre que ton amie n’affabulât pas ? Si elle était aussi instable que tu le dis, est-ce qu’il ne serait pas possible qu’elle se soit inventée des choses qui n’existaient pas ? Que cette ville soit raciste ne m’étonne pas outre-mesure, nous sommes dans le sud après tout. Mais le reste… 

    Rowan me regardait avec un air dubitatif dans le regard. Je trouvais tout à fait normal son interrogation. Elle ne connaissait pas Emma comme je l’avais connu, sa façon d’être. 

    - Non Rowan. Emma n’a jamais menti. Pas pour les choses graves. Je suis totalement sûre qu’elle a écrit la vérité dans son journal. Et c’est bien ce qui me dérange.

    - Veux-tu que je t’aide à décoder le carnet ? 

    C’était Nath qui avait parlé. Je savais qu’il était féru de cryptologie et d’énigmes en tout genre. Mais je hochais la tête négativement. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    - Je te remercie, Nath, dans une autre circonstance, j’aurais accepté. Mas là, je préfère essayer de le décoder toute seule. Je dois bien ça à Emma…. Bien, on va quand même faire un tour dans Newborn, non, qu’est-ce que vous en dites ? 

    Mes deux amis hochèrent la tête. Après tant de temps passé dans le train, ils avaient besoin de se dégourdir les jambes. Rowan fut ravie de visiter le centre-ville qui avait un petit air de Nouvelle-Orléans. Elle repéra même une vieille maison toute fermée et nous dit avec un air d’outre-tombe que c’était peut-être l’antre d’un vampire. Cela nous fit sourire Nath et moi. Rowan et ses lubies.

    Je leur montrais également le siège de Silicon Intelligence, là où ils viendraient travailler dès lundi. Notre humeur, plutôt joyeuse, retomba quelque peu et pour nous redonner un peu le moral, je les invitais au pub du velours bleu. Rowan tint à nous offrir un verre. Elle porta un toast en regardant Nath avec des yeux pleins d’amours. 

    - A Nathanael, le plus formidable des garçons qui a accepté dans sa vie la folle jeune femme que je suis. 

    Elle lui sourit et l’embrassa. J’eus une mimique ravie. Ils allaient si bien ensemble, c’était comme une évidence pour moi. C’est alors que Rowan leva son verre une seconde fois pour porter un autre toast. Je haussais le sourcil. 

    - Et fêtons la mort de mon grand-père ! Qu’il crève en enfer cette pourriture ! 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    J’avalais de travers et regardais Rowan, un peu surprise. 

    - Ho ! Il est décédé ?

    - Un peu mon neveu. Je l’ai appris il y a 3 jours. Et tu penses bien que je ne vais aucunement venir à son enterrement. Pas après toutes les saloperies qu’il m’a faites. 

    Nath lui posa une main affectueuse sur l’épaule et l’embrassa sur la joue. J’eus une grimace compatissante et je trinquais avec elle. Le grand-père de Rowan n’avait pas du tout été un homme bon, c’était le moins que l’on puisse dire. Mon amie m’avait raconté ce qu’elle avait vécu lorsque nous étions ensemble à San José… 

    Rowan était née dans un squat, à New York d’une mère droguée et prostituée. Elle n’a jamais su qui était son père. Elle ne pensait même pas d’ailleurs que sa mère l’ait su elle-même. Joan, sa mère a essayé de faire du mieux qu’elle pouvait quand elle était tout bébé mais elle se rendit bien vite compte que c’était au-dessus de ses capacités. Alors, elle décida pour le bien de sa fille, et quoi qui lui en coûtait de revenir chez ses parents, petits fermiers, dans l’Oklahoma.

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

     

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Elle resta juste le temps de leur laisser leur fille puis repartit, ne pouvant supporter les récriminations incessantes de ses parents. Rowan ne la revit jamais.

    Elle avait tout juste 3 ans quand elle était arrivée chez ses grands-parents. Mais, même étant toute petite, elle comprit bien vite qu’elle avait intérêt à ne pas se faire remarquer. Car de l’amour, il n’y en eut point. Mais, des coups et des brimades, il y en eu à foisons.  

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Pendant douze ans qu’elle eut à vivre sous le toit de ses grands-parents, il n’y eut point de parole tendre ou d’encouragement, seul le travail de la ferme comptait. Et très jeune, elle dût faire sa part, sous peine de coups et de maltraitance.

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

     

    Tout cela durcit le caractère de Rowan et elle vint à développer une haine féroce envers ceux qui auraient dû la protéger. 

    A ces 16 ans révolus, elle décida qu’elle en avait assez vécu et s’enfuit, emportant avec elle les économies de ses grands-parents. Et, afin de pouvoir disposer d’assez de temps avant qu’ils n’appellent la police (pour le vol et non pour la ramener chez eux), elle creva tous les pneus de la camionnette de son grand-père, jeta son portable dans le puit et coupa les fils de la ligne téléphonique. Elle n’eut pas un regard en arrière.

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

     

     Elle trouva rapidement un job de serveuse à San José. Elle vivota ainsi quelques instants puis elle finit par trouver un petit copain féru d’informatique. Et également pirate du web à ses heures. Rowan ne garda pas longtemps le petit copain. Le piratage informatique en revanche, lui, resta.A mon instar, elle aurait pu également mal finir mais elle fut repéchée par un homme d’affaires, plutôt amusé par sa performance informatique sur le logiciel, supposé inviolable de sa société. Il voyait également le potentiel qu’elle pourrait avoir pour son entreprise.Un deal eut lieu entre eux : il lui payait des cours plus pointus d’informatique, elle pourrait ensuite être embauchée dans sa société et en échange, elle passait des moments avec lui quand il le voulait… Certes, on n’est pas loin de la prostitution mais Rowan ne faisait pas la fine bouche quand elle souhaitait quelque chose.

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Elle eut son diplôme d’ingénieur informatique. Avec mention. Et fut embauchée par Silicon Intelligence. Exit l’homme d’affaire et sa société. 

    Et c’est ainsi que je la connus. Rowan n’était pas une sainte mais elle s’était malgré tout relativement bien construite au vu de la misère de son enfance… 

    Je revins au temps présent et fit un sourire affectueux à Rowan. Nous étions un peu cabossées par la vie, mais nous étions amies et c’est tout ce qui comptait.Une fois notre verre fini, nous décidâmes de rentrer. Rowan et Nath étaient fatigués de leur voyage et voulaient se reposer.Et pendant qu’ils rejoignaient leur chambre, moi je m’installais à mon bureau et rouvrait le carnet d’Emma. Ce carnet était un poids dans mon esprit. Il fallait absolument que j’arrive à le décoder. Je voulais en savoir plus sur Emma. Surtout après avoir lu sa lettre, qui me faisait peur. Qu’allais-je donc découvrir qui mettrait à mal tout ce à quoi j’avais cru jusqu’à présent ?Mais tout d’abord, il fallait que je trouve le code. Et, bien évidemment, ce n’était pas le même que celui de la lettre. Sinon, cela aurait trop facile.

    Je me plongeais dans mes souvenirs, essayant de me rappeler si Emma avait laissé échapper des indices malgré elle. 

    Et puis, une fulgurance.

    Je me souvins d’un après-midi à la bibliothèque, alors que nous étions dans le dernier grade de l’école élémentaire. Nous étions installées comme souvent au premier étage, là où personne n’allait car les livres étaient trop rébarbatif ou trop anciens pour intéresser quelqu’un. Emma était plongée dans un gros bouquin au titre abscons et je m’étais penchée vers elle pour en savoir plus : 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    - C’est intéressant ce que tu lis, Emma ? Cela fait deux heures que tu es dessus.

    - Ho oui ! Sais-tu que l’on peut coder un message de différentes façons ? On peut échanger une lettre contre une autre, cela c’est la formule la plus simple. Cela s’appelle la substitution monoalphabétique. Mais il y a encore plus fort, c’est la substitution polyalphabétique ou intitulé le « chiffre de Vigenère ».

    - Aha ? Mais cela va te servir à quoi tout cela ?

    - C’est pour m’entraîner quand je travaillerais pour le Pentagone. Je suis sûre que cela sera utile. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    Et nous en étions restées là. Je n’avais plus jamais repris cette conversation avec Emma et son intérêt pour le chiffre de Vigenère. Mais cela devait être cela, je le sentais. Il me fallait maintenant trouver la première clé de chiffrement. Où l’avait-elle donc cachée ?

    Mais au moment où j’allais me mettre au travail, mon téléphone sonna. C’était Raphaël. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    - Bonsoir Allie. Es-tu libre ce soir ? Je m’ennuie un peu sans toi et j’aurais bien aimé te voir. Veux-tu passer à la maison ?

    - Ho ! … euh… 

    Je posais un instant les yeux sur le carnet ouvert. C’était dommage, j’étais sûre d’avoir trouvé la méthode de déchiffrement d’Emma…. Mais bon. Une soirée avec Raphaël ne se refusait pas. 

    - Oui, bien sûr. Je me prépare et j’arrive. 

    Une fois la conversation terminée, je rangeais mes papiers et le carnet, toujours en lieu sûr. Puis je me changeais rapidement, mettant une robe un peu plus sexy.

    En chemin, je regardais quand même derrière moi, devenant quelque peu paranoïaque. Mais non, bien sûr, il n’y avait personne qui me suivait. 

    Chapitre 14 : Les secrets d'Emma

    La soirée fut bien agréable et me permit finalement d’oublier un peu ce qui me prenait la tête à ce moment-là. Même si bien évidemment, il faudrait que j’y revienne très rapidement.


    4 commentaires
  • Je passais mon samedi matin à essayer les tenues les plus séduisantes que j’avais dans ma valise et me désolais alors de n’avoir principalement que du noir à porter. J’avais envie de plaire et d’être désirable dans les yeux de Raphaël. Je me sentais légère et joyeuse, ce baiser avait été le prémice de jolis moments, j'en étais sûre..

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Je faillis envoyer un message à Rowan au sujet de Raphaël mais je me retins. Il n’y avait encore là, rien de bien concret. Inutile de précipiter les choses. 

    Le reste de la matinée passa ainsi, tout en euphorie et légèreté. Après un repas vite avalé en début d’après-midi, je décidais finalement de regarder d’un peu plus près le fameux carnet rouge d’Emma. En passant la main sur la couverture, je sentis une petite bosse.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Il y avait là quelque chose. Délicatement, je décollais la couverture et y découvris, cachée, une petite enveloppe. Sur le dessus, il y avait rédigé, de cette écriture que je connaissais si bien : « Pour la Reine de France et d’Angleterre ».Evidemment, cette lettre était pour moi. Emma m’avait toujours taquiné sur mon prénom et son origine. Cette Reine française et puissante qui avait épousé deux rois.Je poussais un soupir et ouvrit doucement l’enveloppe. Il y avait une lettre manuscrite à l’intérieur. Mais quand je l’eus dépliée, j’eus un juron. Le texte avait été codé.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    « Emma, Emma… Tu t’es bien amusée, là ? Est-ce qu’une fois dans ta vie tu as fait quelque chose de simple ? ». Je repoussais un soupir et rangeais la lettre dans le carnet. Je n’avais vraiment pas envie de me prendre la tête cet après-midi. Je m’y pencherais plus tard. 

    Je décidais alors, impulsivement, d’aller à la Bibliothèque de Newborn. Je souhaitais en savoir plus sur les origines de la ville et confronter les dires de Candice.

    Arrivée dans le bâtiment, je fus soulagée de voir que ce n’était pas Annie La Douce la bibliothécaire mais sa remplaçante. Je n’avais pas spécialement envie de la voir. La jeune femme m’indiqua facilement le rayon historique et régional qui se trouvait à l’étage.Après quelques recherches, je trouvais enfin un livre sur la fondation de la ville.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

     

    Il mentionnait bien, comme me l’avait dit Candice, le fondateur de la ville, Eramus Abraham Sarren. Je le lus en diagonale mais un paragraphe m’interpella : 

    «  … Eramus Abraham Sarren, en venant de Pennsylvanie avec son groupe de pionner, souhaitait bâtir une utopie communautaire en créant Newborn. Le nom de la ville n’avait d’ailleurs pas été choisi par hasard. « Nouvelle naissance » : Le patriarche Sarren voulait signifier ainsi qu’il sortait de la société actuelle pour en former une autre, plus pure et plus intelligente. Afin de mener à bien ce projet, il s’était entouré de personnes de confiances et avait créé le Conseil des Sages. Celui-ci se composait de : Meike Bassington, Luke Dumont et Isaac Burkenvolt… » 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Ce qui avait retenu mon attention c'était les noms de famille que je connaissais également à notre époque. Et ils faisaient également partis des notables de la ville. Est-ce que ce « conseil des sages » était encore d’actualité ? Je parcourus encore un peu le livre mais il ne parla plus ensuite du conseil. Tout de même, je trouvais un passage sur l’entreprise Silicon Intelligence. A ses débuts, celle-ci avait reçu des fonds d’un milliardaire en Californie. Un homme fortuné qui était connu pour ses idées très arrêtées sur les progrès technologiques qui devraient être garder aux mains des « blancs » et à la stérilisation des masses populaires… 

    Je refermais le livre avec écœurement. Pour le citoyen qui ne voyait pas plus loin que le bout de son nez, il ne percevait rien d’anormal, mais moi, maintenant, je voyais bien que tout clochait ici. Candice ne m’avait pas menti. Que devais-je faire maintenant ? Allais-je encore travailler pour Silicon Intelligence, une entreprise qui avait un passé troublé, dans une ville raciste, élitiste et avec sûrement des projets eugéniques ?  

    Je respirais à fond et me calmait. Il ne servait à rien de réagir impulsivement. Rowan et Nathaniel allaient arriver la semaine prochaine. Nous en parlerons ensemble et nous aviserons de ce qui sera le plus judicieux de faire : révéler ce que nous savions sur l’entreprise et la ville de Newborn et intenter un procès avec tous les risques que comportaient ce genre d’actions. Ou alors, démissionner de Silicon Intelligence et chercher un autre travail. Nous étions tous les trois très bons dans notre domaine, les boites ne seraient pas longues à venir nous chercher.Mais. Car il y avait un mais. Cela m’étonnerait que je retrouve avant longtemps une mission pareille. Créer de toute pièce une IA puissante… Ah ! Jusqu’où étais-je prête à aller pour mener à bien ce projet ? Pour aller jusqu’au bout de mes envies…

    e secouais la tête. Allons, il serait temps de réfléchir et de discuter avec Rowan quand elle serait là. Elle avait toujours été plus pragmatique que moi au niveau du travail.Je me levais de mon fauteuil et rangeait le livre sur l’étagère puis sortis de la bibliothèque.

    Je décidais de passer à la librairie acheter un petit cadeau pour ma nièce et j’en ressortis avec une petite encyclopédie jeunesse. Si elle était comme moi à son âge, je pense que cela serait le cadeau idéal. 

    Je partis tranquillement de la maison en fin d’après-midi, prenant le chemin le long du canal afin d’avoir une vue sympathique en marchant. Newborn était malgré tout une ville bien agréable à vivre au niveau du climat et du paysage. Même si j’appréciais de moins en moins ceux qui y habitaient, il fallait reconnaitre qu’elle avait un certain charme. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    J’arrivais bientôt devant la maison de mon frère et de ma belle-sœur. Cette maison toute simple se trouvait au bout de l’allée où habitaient la famille Orpheline et mes parents.C’est Pattie qui vint m’ouvrir. Elle avait enlevé ses lunettes et défait son chignon, je la trouvais vraiment plus jolie ainsi et moins austère. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    - Aliénor ! Bonsoir. La journée s’est bien passée ?

    - Oui, très bien. Merci pour l’invitation. 

    Nous nous fîmes une petite accolade et puis j’entrais dans la maison. Annabelle se trouvait devant l’ordinateur mais elle se leva en me voyant et fut ravie de la petite encyclopédie que je lui offrais.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

     

    Du peu que je voyais d’elle, Annabelle était une enfant très éveillée et curieuse. J’avais envie d’en savoir un peu plus sur elle et bien évidemment, savoir jusqu’où elle était précoce. 

    - Alors Annabelle, est-ce que l’école te plaît ?

    - L’école ? … Mmoui, bof.  Je m’amuse bien plus à la récréation où il y a plein de jeux et puis avec Sam et Judith aussi. Mais en classe, je m’ennuie. Je voudrais pouvoir lire et écrire mais il faut attendre les autres enfants. Eux ne savent pas lire. On doit encore faire des trucs de bébé. C’est nul.

    - Ha. C’est que les autres enfants n’ont pas les mêmes capacités que toi, Annabelle.  Pour eux, c’est tout à fait normal de ne pas savoir encore lire et écrire. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Annabelle eut une moue boudeuse, glissa un regard vers sa mère puis revint vers moi. 

    - Maman m’a dit que suis une surdouée, que j’ai des capacités plus importantes que les autres. Comme toi. C’est vrai ?

    - Hmm, je le pense, oui. 

    Pattie vient me rejoindre sur le canapé et sourit tendrement à sa fille. Puis elle me fixa le regard soucieux. 

    - Nous avons eu un entretien la semaine dernière avec la Directrice de l’école, au sujet d’Annabelle. Ils nous ont fortement conseillé de l’envoyer dans une école spécialisée car c’était au-dessus de leur compétence de s’occuper d’elle.

    - Ah oui ! L’école de la vieille bique qui est venue me voir !

    - Annabelle ! On ne parle pas ainsi ! 

    Pattie fit les gros yeux à sa fille puis reprit la conversation. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    - En fait, « la vieille personne » dont parle Annabelle, c’est Caroline Bassington. Elle dirige la Fondation Constellation avec son mari… C’est pour cela que l’on t’a demandé d’en savoir un peu plus sur cette Fondation. Terry et moi, on ne le sentait pas trop mais on voulait quand même être surs de ne pas passer à côté d’une chance pour Anna.

    - Eh bien, je peux te dire que vous aviez raison. Après quelques recherches, j’ai pu voir que la Fondation n’est pas aussi sérieuse qu’elle ne le laisse paraître. Il vaut mieux qu’Annabelle trouve une autre école. Mais je voulais justement vous en parler pendant le repas entre toi et Terry. Au fait, où est-il ?

    - En ville. Il avait quelques courses à faire, il ne va pas tarder. Et, nous avons elque chose d’autre à t’annoncer.

    - Ah ? C’est grave ?

    - Non. C’est plutôt une bonne nouvelle pour nous…. Bon, je vais finir de préparer le repas. Tu veux t’occuper d’Annabelle en attendant ?

    - Bien sûr, avec plaisir. 

    Et pendant que Pattie s’affairait dans la cuisine, je m’agenouillais au côté d’Annabelle pour construire avec elle une maquette de volcan. Ce genre de projet n’était sûrement pas de son âge mais ma nièce était ravie de le faire et c’est tout ce qui comptait. Cela me rappelait moi au même âge, qui aimait découvrir comment fonctionnaient les choses.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Une heure passa sans que je m’en rende compte, tellement j’étais absorbée dans le projet avec ma nièce. Et puis mon frère arriva et nous nous installâmes à table. Le dîner se passa très bien et je découvris mon frère dans un autre rôle : père de famille et mari attentionné. Ce n’était plus vraiment mon jeune frère taquin et charmeur mais un homme sûr de lui.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Après le dîner, une fois la table débarrassée et Annabelle couchée, nous nous installâmes sur le canapé et me je tournais vers Terry pour savoir enfin ce qu’il voulait me dire, lui et Pattie. 

    - Allie… Nous voulions te l’annoncer en premier avant de l’annoncer de vive-voix demain chez nos parents demain… Nous allons quitter Newborn d’ici quelques mois.

    - Hein ?... Pourquoi ?

    - Parce que j’ai trouvé un emploi bien plus intéressant à San Myshuno. Je quitte mon job de coach sportif.

    - Ok. Tu vas faire quoi ?

    - J’intègre un groupe de musique en tant que guitariste à « Starting Day », la plus grande salle de comédie musicale. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    J’ouvris des yeux ronds. Alors ça pour une nouvelle ! Heureusement que j’étais assise car sinon je serais tombée par terre tellement cela me surprenait. Terry eut un rictus gêné en voyant ma figure. 

    - Oui… Je sais que c’est une drôle de décision. Mais, franchement, je ne me voyais pas rester toute ma vie coach dans la salle de sport de Newborn. C’était bien pour débuter et mettre de l’argent de côté. Mais ce n’est pas ma passion. Et puis aussi… On va bientôt agrandir la famille. 

    Terry se retourna vers Pattie avec un sourire tendre et lui prit doucement la main. Je remarquais alors le léger renflement de son ventre. La jeune femme reprit la parole. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    - Moi aussi, j’avais envie de partir de Newborn et le nouveau travail de Terry est une bonne occasion. Et puis, il faut compter Annabelle aussi. Elle sera mieux suivie à San Myshuno qu’ici. Et puis… Sans rentrer dans les détails, ce qui se passe à la Clinique Protéria ne me plaît guère. Mais, comme j’ai signé un contrat de confidentialité, je ne peux rien dire. Donc, je vais moi aussi tenter ma chance ailleurs. Enfin. Une fois que je ne serais plus enceinte bien sûr. 

    Je hochais la tête. Je comprenais parfaitement Pattie. Du peu que j’avais pu découvrir sur la clinique, il y avait beaucoup de choses louches.Une pensée me traversa soudain et je me tournais vers mon frère. 

    - Terry… Es-tu sûr que papa va bien le prendre, ton changement de carrière ? 

    Le visage de mon frère se ferma. Il me regarda avec un air résolu. 

    - Il devra s’y faire. Il est temps pour moi de voler de mes propres ailes et non pas attendre l’approbation de mon père. Je ne sais pas pourquoi il a cette aversion de la musique mais il faudra bien qu’il fasse avec. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    J’eus un murmure d’approbation. Pour ma part, il y avait bien longtemps que je ne cherchais plus son approbation. Je savais que je n’étais pas la fille idéale qu’il avait rêvée. L’éloignement entre nous deux n’avait pas modifié cela. Mais je ne rentrerais pas dans le moule pour lui. Il allait bien falloir qu’il prenne son parti un jour ou l’autre. 

    Le lendemain, comme je m’en doutais, le repas avec nos parents  fut quelque peu houleux. Enfin, surtout côté paternel. Il exprima son désaccord devant le choix de carrière de Terry avec force cris. Mais ceux-ci n’étaient rien face à l’attitude résolu de son fils. Ma mère prit mon père à l’écart et lui parla. Il fut un peu plus aimable à la fin du repas mais il n’adressa plus guère la parole à Terry.

    Dans le fait de devenir adulte, il y avait ce sentiment désagréable de voir mes parents avec leurs faiblesses et leurs torts. C’était très dérangeant et me basculait hors du rôle que j’avais eu jusqu’à présent… 

    Je passais encore un peu de temps dans la maison familiale, puis, en fin d’après-midi, je décidais de rentrer chez moi. Et là, j’eus l’agréable surprise de voir Raphaël assis sur le pas de ma porte. Il se leva avec un sourire et leva un sac qu’il tenait à la main dévoilant la marque d’un traiteur chinois. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    - Bonsoir Allie. J’ai pensé qu’on pourrait manger ensemble ce plat délicieux. Qu’en dis-tu ?

    - J’en dis que c’est une bonne idée Raphaël. 

    Je le fis entrer et nous nous installâmes sans façon sur le canapé pour manger. Lors de ce repas, je découvris en Raphaël un homme drôle et charmant, séducteur aussi. Certaines allusions, certaines œillades m’étaient clairement destinées et cela me plaisait beaucoup. Et puis, à la fin du repas, il reprit un air plus grave. 

    - Si je suis revenu te voir ce soir, c’est qu’un élément du passé est revenu à ma mémoire et qui concerne moi et ma sœur. Cela pourrait peut-être t’intéresser.

    - Ah ? Qu’est-ce donc ?

    - Quand nous étions tout jeunes enfants, Emma se rendait souvent à la Clinique Protéria pour faire des examens et elle était souvent accompagnée de Louis Sarren.

    - Mais pourquoi ? Elle était malade ?

    - Non, c’était lié à sa précocité et aussi du spectre autistique de sa personnalité.

    - Et toi ? Tu te rendais également à la clinique ?

    - Ha ben non, bien évidemment, puisque je n’étais pas précoce ni digne de quoi que ce soit… 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Sa parole mourut peu à peu. Je posais une main sur la sienne en une tendre caresse. Une pensée me vint soudain. 

    - Vous êtes nés où, toi et Emma, au fait ?

    - A la Clinique Protéria.

    - Oh…. Tes parents avaient des problèmes de fertilité à cette époque ?

    - Je suppose. Je ne me suis jamais penché là-dessus. 

    Malgré moi, mes pensées s’attardèrent sur la naissance des jumeaux Bassington à la clinique. J’en mettrais ma main à couper, mais j’étais sûre que leur naissance ne devait rien au hasard et qu’il devait y avoir eu des expériences là-dessous. Trop de surdoués étaient nés là-bas pour que cela imprévu…

    Je m’arrêtais soudain dans mes réflexions car Raphaël venait de me prendre la main et y déposer un baiser dans le creux de ma paume. Il releva les yeux vers moi avec un sourire charmeur.

    - Et si nous reprenions, là où on en était resté vendredi soir ?

    - Tu veux dire le moment où tu m’as embrassé ?

    - Oui… J’ai trouvé cela vraiment agréable et j’aimerais bien retrouver le goût de tes lèvres…

    - Il ne tient qu’à toi d’y remédier… 

    Un bref sourire et Raphaël m’enlaça et m’embrassa. Le baiser fut plus intense que la dernière fois et il se montra bien plus empressé, laissant glisser ses mains le long de mon dos jusqu’à la cambrure de mes reins. Je rouvris les yeux et lui fit un sourire coquin. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    - Et si nous allions dans ma chambre… continuer cette discussion ? 

    Pour toute réponse, Raphaël me serra plus fort contre lui puis m’emmena tout doucement dans la chambre, tout en continuant de m’embrasser, il me fit basculer sur le lit.

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Bientôt, il n’y eut plus de vêtements entre nous et nos peaux nues se touchèrent, se mêlèrent en une danse sensuelle et savoureuse.  Raphaël fut au-dessus de moi, en moi, son regard plongeant dans le mien, si intense que cela en était presque douloureux. Je fermais les yeux et le laissa m’emmener jusqu’au bout de la jouissance. Raphaël s’écroula ensuite sur moi avec un léger soupir de bien-être. Je l’enlaçais et embrassais sa tempe, satisfaite moi aussi. Je m’assoupis. 

    Chapitre 13 : La confession de Terry

    Je me réveillais en sursaut. Il y avait quelque chose qui m’avait dérangé dans mon sommeil. Je passais en revue la chambre puis m’attardait sur la fenêtre. Les rideaux n’avaient pas été tiré….Quelqu’un serait-il venu nous regarder pendant que nous étions en plein ébat ? ….

    Chapitre 13 : La confession de Terry

     

    Allons, ce n’était pas possible. Je me levais quand même tout doucement, prenant garde à ne pas réveiller Raphaël puis fermait vivement les rideaux. Je revins dans le lit et m’allongeais.

    Le sommeil fut long à revenir…


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires