• Chapitre 12 : un carnet

    Le lendemain matin, malgré les déclarations de Candice, je m’occupais tout de suite de la location pour moi, Rowan et Nath. Celle-ci fut acceptée aussitôt par le Directeur. Il était même plutôt content qu’une maison appartenant à Silicon Intelligence soit occupée par ses employés, parmi les plus éminents. Enfin, cela, c’est lui qui l’a dit. 

    J’envoyais aussitôt un SMS à Rowan pour lui annoncer la bonne nouvelle et lui envoyer les quelques photos de la maison que j’avais prise. En retour, j’eus droit à un message rempli d’onomatopées exclamatives. Oui, Rowan était contente de la maison. 

    Et puis, il fallut bien se remettre au travail. Mais je n’avais guère la tête à cela, ce jour-là. Alors, plutôt que de réfléchir à la mise en place de l’architecture I.A., je décidais de mettre au propre ce qu’on avait déjà décidé et réfléchis. Cela ferait déjà une bonne base quand Rowan et Nath arriveraient. Ils pourraient ainsi reprendre les recherches en cours de route. Et, puis, surtout, cela m’évitait de réfléchir.

    Chapitre 12 : un carnet

    A midi, au lieu de me retrancher dans mon habituelle solitude, je décidais, pour une fois, de partager le repas avec Steve et Richard. Ceux-ci étaient d’ailleurs un peu moins causants et expansifs qu’au début. Il faut dire que le travail était assez éreintant et nous pompait notre énergie. 

    Chapitre 12 : un carnet

    Le repas avalé, nous nous assîmes quelques instants pour nous détendre. Je papotais légèrement avec Richard et Steve consultait internet sur son téléphone. Il eut soudain une exclamation. Il releva la tête vers nous avec un air stupéfait.

    Chapitre 12 : un carnet

    - Hé bien ça alors. Ecoutez-ca : « le réseau internet entre Hawaï et l’Australie vient d’être coupé ». Apparemment, il y a un problème au niveau des câbles sous-marins.

    Richard haussa un sourcil en direction de Steve.

    - …. C’est déjà arrivé cette histoire,  non ? Et cela a été réparé assez facilement, je crois bien… 

    Chapitre 12 : un carnet

    - En effet… Mais là, apparemment, une grosse portion de câble a disparu. Cela risque d’être un peu plus long pour le réparer. La vache ! Je plains les gens qui ne vont plus être connectés. Et que dire de l’aspect économique, on ne travaille plus pratiquement qu’avec Internet… 

    J’eus un murmure d’assentiment avec Richard. Mais j’avais un peu la tête ailleurs. Et le problème de câbles sous-marins ne me faisait pas oublier ce que m’avait dit Candice. Je décidais alors d’interroger mes deux collègues sur Newborn, en leur demandant s’ils y habitaient. Ils me répondirent tous les deux par la négative. 

    - Ho non. Newborn est un peu trop « bourgeoise » sur les bords pour mon père et moi. Je n’ai même pas cherché à m’y installer et j’ai loué directement une maison à Newcrest. Le prix de l’immobilier est quand même bien moins cher là-bas. Et, surtout, la ville a un excellent complexe de bowling que mon père adore fréquenté. Et puis, elle n’est pas très loin non plus du travail. 

    Chapitre 12 : un carnet

    L’explication se tenait. Richard ne me donnait pas l’impression d’avoir subit une quelconque ségrégation. Je me tournais alors vers Steve.

    - Moi aussi, j’habite à Newcrest : ma femme a un travail au Texas, l’Etat limitrophe. Newcrest est la ville la plus près du travail de ma femme. Donc, nous n’avons pas cherché plus loin. Enfin… Pour être honnête, je n’aime pas Newborn. Je n’y viens que pour le travail. Désolé, Aliénor, je sais que c’est la ville de ton enfance et tu n’as sûrement pas la même vision que nous mais je trouve qu’ici les gens sont bien hautains et guère accueillants. Un peu comme Jonathan Meyrrin, notre technicien serveur, quoi !

    Chapitre 12 : un carnet

    Richard eut un rire bref et les deux hommes se jetèrent un regard de connivence. Je ne les détrompais pas sur l’amour qu’ils pensaient que j’éprouvais pour Newborn. Je n’allais pas épiloguer non plus sur mon passé, nous n’étions pas assez proches pour cela.

    Par contre, là où je les rejoignais, c’était qu’ils avaient raisons sur le côté bourgeois et disons-le tout net, arriéré, n'en déplaise à la présence de Silicon Intelligence ici. C'était bien cet état d'esprit qui m'avait fait partir à San José il y a cinq ans.  Là-bas, au moins je respirais et j'étais anonyme. Enfin, pour l'instant, j'étais de retour ici et il fallait faire avec.  Heureusement, le travail me plaisait et bientôt, Rowan et Nath seraient là pour nous épauler.

    Le déjeuner fini, nous rejoignîmes la salle  sécurisée. J'entendis le clic de la porte blindée se fermer derrière moi et je repensais à la précédente visite que j'avais eu alors que j'étais toute seule. Jay Sarren. Je n'avais pas eu d'autres visites de sa part, mais cela me troublait quand même. Je ne cherchais plus à rester toute seule le soir ou le matin. Mais une question me lançait toujours : qui était ce jeune homme ? 

    Chapitre 12 : un carnet

    Je repoussais cette pensée au fond de mon esprit et me remis au travail. Le plus gros déblayage du travail avait été fait : nous avions commencé à organiser l'architecture sous-jacente de l'I.A. Il nous fallait maintenant ordonner tout cela en ligne de code. Même si beaucoup étaient maintenant des processus automatiques, il y aurait encore beaucoup de travail. 

    Comme on était vendredi, je sortis plus tôt de l'entreprise et m'octroyais un petit passage au Spa. Le cours de yoga me détendit entièrement et, étant d'humeur curieuse, je pris le temps de m'initier à la méditation. Bon, ce n'était franchement pas mon truc, mais j'aurais au moins essayé. 

    Chapitre 12 : un carnet

    La nuit tombant, je retournais à la maison tranquillement et décidais de me poser sur le canapé pour essayer de finir le livre que j'étais en train de lire.  Mais, à peine, avais-je ouvert une page que l'on toquait à ma porte. Qui cela pouvait-il donc être à cette heure-ci ? 

    J'ouvris et j'eus la surprise de découvrir Raphaël Bassington en bas de ma porte. Celui-ci eut un sourire gêné mais me salua.

    - Aliénor, bonsoir. Je ne te déranges pas ? 

    Chapitre 12 : un carnet

    - Pas du tout. Je ne faisais rien de spécial. Je t'en pries, entre. Qu'est-ce qui t'amènes ?

    - Eh bien... J'ai repensé à notre conversation de la dernière fois et cela m'a un peu tracassé... Du coup, j'ai fouillé un peu plus minutieusement la chambre d'Emma et j'ai trouvé cela !

    Raphaël me tendit un épais carnet de cuir rouge. Je le pris et le regardais, interrogative.

    - j'ai trouvé cela sous le lit d'Emma.... en cherchant vraiment bien, car ma sœur l'avait très bien caché : un tiroir était inséré dans le cadre à l'intérieur du lit. Bref, c'est donc le carnet intime d'Emma. Mais j'ai besoin de ton aide, je n'y comprends rien...

    J'étais un peu perplexe et j'ouvris donc ce fameux carnet rouge. Dès que j'ouvris la première page, je compris. Je reconnaissais bien évidemment l'écriture d'Emma, mais rien n'était lisible au premier abord. Tout était codé ! j'émis un sifflement. 

    Chapitre 12 : un carnet

    - Eh bien ! ça pour une surprise ! Mais cela ne m'étonne guère d'Emma. Elle a toujours adoré les énigmes, rébus et codes en tout genre.... Donc, si je comprends bien, tu me demandes mon aide pour déchiffrer ce carnet ? 

    Raphaël eut un haussement d'épaules, un peu désabusé, mais son regard était remplit d'espoir.

    - Oui, je souhaiterai, si tu le peux, et si tu as le temps pour cela, d'essayer de déchiffrer ce qu'elle a écrit. Je pense que tu es plus à même de comprendre Emma. Tu étais la plus proche de ma sœur et tu savais comment elle fonctionnait. Moi, je n'y comprends rien et ce n'est franchement pas mon truc... A la rigueur, notre mère pourrait arriver à déchiffrer le code... Elle était très forte dans les énigmes de toutes sortes, mais il est hors de question que je lui demande quoi que se soit... 

    Chapitre 12 : un carnet

    J'eus un grognement d'approbation. C'était sûr que Charlotte Bassington n'était pas la meilleure interlocutrice sur le sujet, étant donner la relation pleine de rancœur qu'elle avait envers son fils... Je reposais mes yeux sur le carnet. Quel défi en perspective. Une intense curiosité m'agitait. Qu'avait donc bien pu écrire Emma dans son carnet qui prévalait qu'il ne soit pas lisible au premier regard ? 

    - Je vais commencer à regarder cela ce week-end. Je ne te promets rien par contre, Raphaël. C'est vrai que j'étais proche d'Emma. Mais sur beaucoup de points, elle était plus forte que moi. Et les codes en faisaient partis. J'espère juste qu'elle n'a pas codifié en 3 niveaux.. 

    - Aliénor, ce n'est pas grave si tu n'y arrives pas.  tu auras au moins essayé. Mais moi aussi, je suis curieux. Tu vois, j'ai toujours trouvé étonnant que ma sœur n'est laissée aucune trace après sa mort. Etant donné qu'elle était assez donneuse de leçons, c'est quand même bizarre qu'elle ne nous ait pas laissé une lettre nous expliquant par A + B pourquoi elle en arrivait là... 

    Chapitre 12 : un carnet

    Je souris malgré moi. Raphaël avait tout à fait raison sur ce point. Après, est-ce qu'elle avait eu le temps ? Etait-ce un acte impulsif ? Tout cela était bien flou.

    Raphaël se tourna soudain vers moi avec un sourire nerveux.

    - Dis-moi, est-ce que tu voudrais boire un verre avec moi ?

    - Heu... Oui. Oui, bien sûr. Où veux-tu m'emmener ?

    - J'avais pensé au Velours Bleu, mais bon, tu as peut-être envie de sortir de Newborn.. 

    - Eh bien... J'aimerai bien aller à Newcrest. Apparemment, il y a un complexe de bowling assez fameux.

    Chapitre 12 : un carnet

    - Ah oui, le "Cry Baby'. Je connais et il est en effet très bien. Ok, je t'emmènes... Heu.. Tu veux te changer ? 

    - Humm, non. Pourquoi ? 

    Après être passée au Spa, j'avais mis une tenue "décontractée". A savoir : un leggings, un top assez échancré et un boléro. Et j'avais bien vu que Raphaël avait du mal à détacher son regard de ma poitrine. J'aurais pu me changer, bien évidemment, mais j'aimais l'effet que je lui faisais. Il y avait quelque temps maintenant que je n'avais pas séduit un homme et cela me manquait. Je lui fis un petit sourire mutin et il se mit à rougir. 

    Je reposais mon regard sur le carnet. Ce n'était peut-être pas la peine de le laisser en évidence ici. Si Emma l'avait si bien caché, c'est qu'il y avait une raison. J'allais le ranger dans ma chambre. Il ne risquait sûrement rien, mais depuis les révélations de Candice, j'avais une autre vision de Newborn et je préférais ne pas avoir une confiance aveugle. 

    Nous prîmes donc la voiture de Raphaël et partîmes à Newcrest. Le trajet se fit rapidement et dans une atmosphère bon enfant. J'avais l'impression de retrouver le Raphaël de mes jeunes années. Et cela me faisait du bien. Si je ne pouvais retrouver la soeur, j'aurais au moins le frère.

    Je découvris en Newcrest, une ville éclectique et sans vraiment de plan de constructions préétablie comme à Newborn. Un quartier ultramoderne côtoyait de vieilles demeures et ainsi de suite. Le bowling se trouvait un peu plus loin du centre-ville, dans un quartier tranquille. C'était un bâtiment assez grand avec une affiche lumineuse qui attirait l'oeil. 

    Je vis en entrant dans le bâtiment qu'il n'y avait pas que des pistes de bowlings, mais également des espaces de karaoké et des endroits pour se détendre. Cela  sur 2 niveaux. Raphaël et moi montâmes au premier étage car c'était un peu plus calme pour nos oreilles. 

    Et comme nous étions dans un complexe de bowlings, on en fit donc quelques parties. Et ce qui me rassurait c'est qu'il était aussi nul que moi. Mais au moins on s'était bien amusés.

    Chapitre 12 : un carnet

    Chapitre 12 : un carnet

    Je voulus également faire une partie de karaoké mais un haussement de sourcil moqueur de Raphaël m'en dissuada. Car j'étais vraiment nulle de chez nulle. 

    On se posa donc, à une table, en mangeant quelques snacks que le bar proposait. Raphaël avait un sourire joyeux.

    - Eh bien, je devrais venir plus souvent ici. Je me suis bien amusé. 

    - Oui, hein ? Cet endroit est vraiment agréable? Et ce n'est pas très loin de Newborn. C'est bien dommage qu'ils n'aient pas construit la même chose là-bas.

    Chapitre 12 : un carnet

    - Penses-tu. Ils sont vraiment trop coincés pour qu'ils autorisent l'installation d'un bowling. Ce n'est pas assez chic. A ce propos, en plus du carnet, je voulais te faire partager une bonne nouvelle qui viens de m'arriver : j'ai eu un contrat ici, à Newcrest, dans leur orchestre philarmonique. Un travail à temps plein. Adieu le bar du Velours Bleu. 

    - Ho, mais c'est une bonne nouvelle cela. Tu n'avais donc pas assez de travail ici ?

    Chapitre 12 : un carnet

    - Non. Je ne travaillais au Velours Bleu que 2 soirs par semaine. Cela n'occupe pas son homme, et niveau financier, c'est quand même assez catastrophique, même si je viens d'une famille aisée.... Ah et puis, nous aurons également quelques représentations dans l'année à Brindleton Bay, une ville cotée au bord de la mer. C'est un peu loin mais c'est une ville très agréable. En tout cas, cela va me faire du bien d'avoir un vrai boulot et de changer d'environnement. Et surtout de penser à autre chose que ma famille dysfonctionnelle.

    Raphaël murmura ces derniers mots. Je restais silencieuse. Je n'avais pas grand chose à dire. Je ne pouvais guère lui dire que cela allait et qu'il irait mieux dans quelques temps. Mais rien ne pourrait aller mieux. Ses parents l'avaient rejetés parce qu'il n'était pas assez intelligent à leurs goûts, sa sœur jumelle n'était plus là, et qui plus est, je venais d'apprendre, lors de mes recherches Internet, qu'un petit frère venait d'agrandir la famille, surdoué de surcroît. De quoi mettre un coup au cœur supplémentaire.  

    Raphaël poussa un soupir et m'adressa un sourire triste.

    - Enfin, je ne vais pas t'embêter avec cela puisqu'il n'y a pas grand chose à y changer. 

    - Penses-tu vraiment que c'est sans espoir ? Il y a peut-être un moyen de vous réconcilier...

    Chapitre 12 : un carnet

    - Ha ! La bonne blague ! Ma mère m'a bien fait comprendre que je n'étais pas aussi intéressant que ma soeur jumelle, qui était plus intelligente que moi. Et puis, maintenant, elle s'est trouvé un autre petit surdoué en la personne de mon frère Stéphan... Oui, Aliénor, ma mère a eu un autre enfant. A un âge avancé, mais elle l'a eu, son génie. Et puis, maintenant, elle s'occupe avec mon père de sa fondation, son école de surdoués. Alors, tu penses bien qu'elle n'a aucune envie de s'occuper de son fils handicapé !

    - Mais tu n'est pas handicapé, enfin !

    - Pour mes parents, si... Enfin, arrêtons sur ce sujet, s'il te plaît. Je ne veux plus en parler.

    - Comme tu veux.. 

    Nous restâmes un instant silencieux, un petit malaise  s'était créée, comme toujours quand on parlait de ses parents. Et je me souvins alors, que c'était un peu la même chose avec Emma, mais pas dans le même sens.  Emma me disait toujours qu'elle trouvait sa mère étouffante et trop sur elle. Décidément, être les enfants des Bassington n'étaient pas une partie de plaisir... 

    - Au fait, cela se passe bien à Silicon Intelligence ?

    - Plutôt pas mal, oui. Le travail que je fait me passionne. Et, de plus, je vais avoir bientôt le renfort de deux collègues de San José, là où j'habitais précédemment.  Du coup, je change de location. Je ne serais plus là où je suis actuellement, mais dans le quartier "ancien". 

    Chapitre 12 : un carnet

    Raphaël eut un sifflement admiratif et un peu moqueur.

    - Eh bien dis donc. Le quartier ancien, rien que ça. On se gêne pas. Vu les tarifs qu'ils affichent au niveau immobilier. Quelle maison vous louez ? 

    - Celle de l'ancien médecin...heu... Gustave de Hermint... 

    - Ha oui... Celui-là... Je me rappelle de lui. il a soigné ma mère et ma soeur. Et il a travaillé un temps pour la Clinique Protéria, je crois bien.... je vois bien sa maison, très belle en effet... Mais vous avez les moyens de louer une surface comme cela, même à trois ? 

    - .... En fait, la maison appartient à Silicon Intelligence... 

    - Hein ?!!

    Chapitre 12 : un carnet

    Et je lui expliquais par le menu tout ce que je savais. Raphaël hocha la tête, mais je voyais bien qu'il était sur la réserve et un peu distant. Il m'expliqua son attitude.

    - ... Cela ne te gênes pas de vivre dans cette maison alors qu'il est mort dedans ? 

    - ... Ben, non... Cela va même faire plaisir à Rowan, mais bon cela, c'est une autre histoire..hemm.. 

    - Mais tu sais que la demeure d'à côté était celle de Louis Sarren ? 

    - Ho ? 

    Encore une chose que je ne savais pas. Alors, oui, je savais que Louis Sarren habitait Newborn. Mais je n'avais jamais été invitée chez lui et je n'avais jamais cherché à savoir non plus où il vivait... Etant plus jeune, je le voyais toujours, soit à la bibliothèque, soit à Silicon Intelligence, cela s'arrêtait là.... Je me sentis quand même un peu mal à l'aise. Ma naïveté me crevait les yeux à présent... Une autre pensée insidieuse vint faire surface... Si donc, j'allais habité à côté de l'ancienne maison de Louis, cela voulait donc dire que Jay Sarren y habitait... Cela ne me plaisait guère. 

    Je fixais un instant Raphaël, me demandant ce qu'il savait exactement de la "ségrégation" de la ville. je me décidais finalement de lui en parler. Et il n'en fut guère étonné.

    Chapitre 12 : un carnet

    - Pour tout te dire, Aliénor, je savais plus ou moins qu'il y avait une "élite" à Newborn. Cela n'a jamais été clairement dit à la maison. Mais ma mère s'enorgueillissait toujours d'habiter dans un des beaux quartiers de la ville, grâce à sa lignée ancienne. Apparemment, l'un de nos ancêtres était l'un des fondateurs de la ville... Doublement même, puisque mon père est le cousin de ma mère. On ne se mélange pas avec le reste de la population ici... Bon sang, si j'avais le courage, je partirais loin d'ici, loin de cette ville nauséabonde...

    Raphaël me regarda avec un air de chien battu. A cet instant, je le voyais si triste et si malheureux. Je maudis ses parents et en particulier sa mère. N'auraient-ils pas pu l'accepter et l'aimer tel qu'il était, tout simplement, plutôt que d'espérer des compétences irréalisables ? Je savais que mes parents étaient assez agaçants par moment, mais je  n'avais jamais remis en cause l'amour qu'ils éprouvaient pour moi. 

    - Pardon, Allie... je t'embêtes encore avec mes états d'âmes.  Mais, je me demande si tu as vraiment bien fait de revenir ici, c'est pas la ville la plus agréable. 

    - Je me le demande aussi parfois... Enfin, c'est ainsi pour l'instant... Bon, tu peux me ramener chez moi, s'il te plaît ? Je suis un peu fatiguée.

    - Pas de problème.

    Un quart d'heure plus tard nous étions arrivés devant chez moi. Nous nous regardâmes un instant sans rien dire. Je ne pouvais pas dire que notre ancienne complicité était vraiment revenue, mais nous étions arrivés à un stade un peu plus amical que la dernière fois et je sentais également une certaine attirance sensuelle.

    Je lui souris, passais la main dans ses cheveux et puis l'embrassais sur les lèvres. Raphaël n'eut pas de mouvement de recul mais ouvrit grand les yeux. Je me reculais alors.

    Chapitre 12 : un carnet

    - Allie, je... 

    - Chut, Raphaël. Il n'y a rien à dire. J'avais envie... 

    - Allie...

    Il eut un petit rire, me saisit par la taille puis m'embrassa à son tour avec une passion et un baiser bien plus intense que le mien. et, ô dieu, je sentis au creux de mon ventre s'allumer une flamme de désir dévorante. 

    Chapitre 12 : un carnet

    Il y eut des petits bisous, des chuchotements et des mots doux avant que nos deux corps se défassent l'un de l'autre. J'aurais pu à cet instant l'inviter chez moi et consommer ainsi cette passion, mais il fut plus sage que moi et décida de me laisser dormir.

    - Allie, tu me diras... A propos du carnet, si tu arrives à le déchiffrer ? 

    - Oui, Raphaël. ne t'inquiètes pas, je te préviendrais dès que j'arriverais à quelque chose. Va dormir avant que je ne te saute dessus.

    Chapitre 12 : un carnet

    - Ha, ha, c'est tentant... Merci Allie. Ta présence ici rend cette ville bien plus attrayante. Bonne nuit ma belle.

    Un dernier bisou léger et il était parti. J'eus un soupir rêveur, puis regagnais la maison, le pas léger. 

    Chapitre 12 : un carnet

    Certes, il y avait encore bien des mystères à résoudre. Mais que c'était bon de se sentir désirée. Et avec Raphaël... 

    La nuit fut douce.... 

     

    « Une petite pépite ♥Travail, travail et adolescents :) »

  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Décembre 2017 à 09:43

    Ereintant le boulot et que ça fait du bien de découvrir que Aliénor, malgré tout, s'offre du bon temps.  Raphaël est un écorché vif, j'espère qu'il va arriver à s'apaiser au contact de notre jolie héroïne et recouvrer un peu de confiance en lui.  C'est douloureux de l'entendre parler de sa relation avec sa mère :/  J'avoue mon côté énervé a bien envie de lui ficher un coup de trente six fillette dans le derrière, histoire qu'il se bouge un peu et arrête de ressasser.  Sa vie lui appartient, il est temps qu'il se bouge...  Aliénor lui donnera peut-être cette force, qui sait?

    Hé!  Hé!  Mister Jay vit à quelques pas de ce qui sera la nouvelle demeure de nos amis...  Hâte qu'ils emménagent tous les trois. Je sens que ça va être du tout bon. 

    J'ai adoré.  Encore )

      • Mardi 26 Décembre 2017 à 09:57

        Créer une I.A, ce n'est pas de tout repos ^^. Il faut qu'Aliénor profite de ces petits moments de détente car à partir du moment où elle va décoder le journal d'Emma, elle va en avoir moins...erf

        En fait, je voulais montrer le parallèle qu'il y a entre les parents d'Aliénor et ceux de Raphaël. Allie a le ressenti d'avoir été peu considérée par ses parents, mais en revenant à Newborn, elle se rend compte finalement, que cela n'était pas vrai : il y avait beaucoup d'amours, des façons un peu maladroites, certes, mais pas de malveillance véritable. Cela fait mûrir un peu plus la jeune fille.

        Les parents de Raphaël, eux par contre, sont véritablement malveillants et toxiques... en toute connaissance de cause. Une explication (mais pas de justification !) sera abordée dans le carnet d'Emma.

        Alors, oui, il aurait besoin de se bouger un peu, certes. Mais quand on a été dévalorisé toute sa vie, difficile de se faire confiance.

        Et moi aussi, je suis ravie-ravie-ravie que Mister Jay Sarren habite tout à côté de notre héroïne. he

        Toujours aussi ravie que cela te plaise ♥♥♥

        Dans le prochain chapitre, nous retournons chez Terry, le frère d'Aliénor. Il a lui aussi des choses à nous dire...

    2
    Mardi 26 Décembre 2017 à 17:34

    Mais quels parents odieux il a le pauvre Raphaël ! C'est atroce de rabaisser ainsi son enfant...

    Bref, je le trouve vraiment attachant le frère d'Emma. J'espère que ce baiser débouchera sur une véritable relation amoureuse...

    J'ai hâte d'aller à la rencontre du futur voisin d'Allie et d'en connaître plus à son sujet...

    Je me demande aussi ce que le carnet d'Emma va nous révéler ! Il y a encore tellement de zones d'ombres...

    Encore un chapitre bien captivant, ma foi ! ^^

     

      • Mardi 26 Décembre 2017 à 21:25

        je trouve toujours fascinant de voir ce qui peut toucher chacun de mes lecteurs : cela peut être la relation amoureuse, l'intrigue ou les dysfonctionnements familiaux^^.

        Oui, les parents de Raphaël sont odieux. Pour eux, c'est "normal" : ils attendaient un enfant "doué", pas un être normal. Ils sont très déçus les pauvres chéris. L'explication de leur comportement viendra en temps et en heure. Mais bien sûr, ils n'ont aucune excuse. 

        Je pense que ce baiser n'est que le début. (de toute façon, ils sont fait l'un pour l'autre, ils n'ont pas le choix he). Mais bon, ce n'est pas l'intrigue principale non plus. 

        Ah, quand à Jay, j'en parle, j'en parle... et je ne le montre pas. Je suis vilaine, hein ? Mais c'est voulu. 

        Merci de ta fidélité par ici Parthenia kiss

    3
    Vendredi 12 Janvier à 17:18

    Super et superbes images Agathe 

    tes clichés sont merveilleux j'adore,♥ et l'histoire dense ♥ les sous entendu, les non-dits, l'intrigue est bien ficelé, comme tout tourne autour d'une seule personne.

    Comment sera le prochain voisin d'Aliénor, et le carnet va t elle le décoder, 

     

    Ouille attendons sagement,♥

     

    merci pour ce beau moment avec toi yes

      • Samedi 13 Janvier à 17:00

        Je suis toujours ravie quand tu viens par ici. Parce que c'est quand même grâce à toi et à ton personnage que cette histoire a vu le jour ♥. 

        Je pense qu'Aliénor décodera le carnet. Quand au voisin, chut ! attendons sagement qu'il se dévoile ;)

        Merci à toi Mich kiss

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :